-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Brent à plus de 60 dollars

Le Brent à plus de 60 dollars

Le Brent a battu vendredi un record, arrivant à dépasser avant la clôture des séances, les 60 dollars le baril. Alors que le WTI flirte avec les 54 dollars le baril, le Brent, la référence du pétrole algérien, était coté à 60,49 en fin d’après midi d’hier sur les places mondiales. C’est une hausse qui avait surpris certains experts, notamment par sa vigueur et son rebond spectaculaire. Cela fait pratiquement plus de deux ans et demi que le baril n’avait pas atteint ce seuil. C’est le plus haut cours du Brent depuis juillet 2015. Il est évident que l’engagement saoudien a beaucoup influé sur cette réaction du marché. Il semble que les investisseurs commencent à faire confiance à une extension de l’accord de réduction signé par l’OPEP et ses partenaires comme la Russie.
Par ailleurs, la Banque mondiale prévoit que ces cours atteindront les 56 dollars le baril en 2018, malgré les risques et les incertitudes qui planent toujours sur le marché. Pour les experts de cette institution financière, c’est l’effet de l’augmentation constante de la demande, en plus des accords entre les exportateurs OPEP et non OPEP sur une diminution des volumes de la production et le frein qui caractérise l’extraction des huiles de schiste aux Etats-Unis.
Il est clair que les incertitudes demeurent sur ce marché très fragilisé par les rumeurs, les tensions géopolitiques et les risques d’éclatement de l’accord signé par l’OPEP, la Russie et d’autres partenaires. Car, rien n’indique que cet accord de réduction de la production soit encore prorogé. Des divisions existent sur la stratégie à suivre en matière de respect des quotas, en plus des querelles d’ordre commerciales qui pourraient bien faire exploser l’entente des gros producteurs. Pourtant, l’OPEP avait annoncé que ses membres avaient respecté leurs engagements pour septembre de 120%.
Il n’en demeure pas moins que les Américains gardent cet épouvantail du pétrole de schiste qui pourrait connaitre une nouvelle hausse de sa production, d’où une menace réelle sur l’équilibre des marchés mondiaux. Cependant, avec cette hausse jusqu’à plus de 60 dollars le baril, le brut est bien parti pour terminer l’année plus cher encore.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email