En bafouant les règlements de la FIFA: la CAF dans l’impasse – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

En bafouant les règlements de la FIFA: la CAF dans l’impasse

En bafouant les règlements de la FIFA: la CAF dans l’impasse
Une institution au service de Lekjaa

S’inscrivant en porte à faux des statuts et règlements des deux instances footballistiques (FIFA-CAF), le jury disciplinaire de la CAF n’a puisé aucun argument pour rendre son verdict. Un verdict forcément partial, la structure de Motsepe, étrangement absent et faisant profil bas, a finalement fait fort en décidant d’accorder à la RS Berkane, qui a pourtant refusé de jouer, les trois points du match sur tapis vert sur le score sans appel de … 3-0.

Autant dire que, si bien sûr la manche retour prévue dimanche au Maroc a lieu, que la mission des Algériens de l’USMA s’annonce impossible pour retourner la situation. Plus que Scandaleux, le verdict ne s’arrête pas là, puisque l’auguste CAF avertit que de lourdes sanctions devraient suivre

Que cherche la Confédération, prise en otage par Lekjaâ et lui obéissant au doigt et à l’œil, en maintenant le match retour aux lieux et date arrêtée initialement, soit ce dimanche 28 avril, sinon de jeter un peu plus d’huile sur un feu qu’elle a elle-même allumé à l’instigation de son maître actionné par le makhzen sans regarder sur les graves répercussions qui ont largement dépassé le rectangle vert, et donc le sport, en faisant le jeu de ses commanditaires pour un règlement de comptes mesquin.

En lui conférant un cachet politique, la partie marocaine, forte de l’influence de sa marionnette au sein de l’instance, la CAF, les poings liés et qui a foncé tête baissé dans cette saga politico-sportive en mettant l’habit de juge et partie, mais se retrouve empêtrée dans un véritable bourbier d’où il lui sera difficile de s’en sortir sans dégâts. Dont une crédibilité définitivement perdue en ne respectant pas ses propres règles qu’elle est sensée appliquer, laissant la porte grande ouverte aux manipulations, Lekjaâ et le Maroc, avec leur mainmise totale, dictant leurs propres lois.

Connaissant le jeu trouble qui se joue au niveau même du centre décisionnel de l’instance, les dirigeants de la FAF et ceux de la victime toute désignée, l’USMA, conscients qu’ils n’avaient rien à espérer de cette fameuse Commission de recours bien qu’ils ouvraient droit devant les nombreux abus qui entachent une affaire qui a pris fatalement des proportions internationales, ont pris les devants en optant pour l’ultime démarche encore possible, sous la forme d’une plainte en bonne et due forme déposée auprès du Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne (Suisse), en plus de la Fifa qui a été également destinatrice et qui aurait été alertée pour de plus amples renseignements.

A la recherche d’une issue et à l’effet de sauver l’honneur (sic !) au vu des proportions prise par un tel scandale, Motsepe et son équipe, tombés dans les mailles du filet du très influent président de la fédération marocaine, seraient enclins, pour sortir indemnes de ce grossier piège tendu par cette dernière, d’applaudir presque le recours au TAS par les Algériens convaincus plus que jamais de leur juste cause comme le stipulent les lois et règlements des instances internationales,  y compris celle sévissant malheureusement sur un continent où tout se déroule dans les coulisses. Un bras de fer certes aux résultats pas évidents en dépit de cette dernière fenêtre suisse, l’ultime espoir.

La CAF, qui a perdu la face en s’alignant sur les thèses marocaines et laissé faire. Dans la totale impunité. L’espoir est là dès lors, et c’est la lecture qu’en font les observateurs les plus avertis, que son dernier communiqué prend les allures, en espérant sortir de cette impasse et s’en laver les mains, d’une marche arrière avec un report des décisions injustes prises contre le représentant algérien concernant le match aller, en reconnaissant sans le dire, que la validation du maillot de la honte (voir les articles 59 et 60) clairement politique, arboré par la RS Berkane depuis le début de la phase de groupes, était de la seule responsabilité de la commission interclubs.

Une tentative de se dédouaner aussi honteusement que cette soumission aux plans de Lekjaâ et ses sbires formant un clan mafieux faisant la pluie et le beau temps. En un mot comme en cent, l’affaire est loin d’être close. Bien au contraire. On en saura un peu plus clair dans les prochaines heures puisque l’USMA a décidé de faire le déplacement du royaume chérifien avec un détour tout de symboles !

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email