-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie est-elle à l’abri d’un attentat terroriste ?

L’Algérie est-elle à l’abri d’un attentat terroriste ?

L’attentat du musée de Bardo à Tunis, ou celui de Paris contre Charlie Hebdo font craindre le pire pour les pays de la Méditerranée dont l’Algérie, qui reste l’une des cibles préférées de l’Etat Islamique (EI) surtout après les menaces de ses dirigeants de perpétrer un attentat d’envergure, similaire à celui de Tiguentourine en janvier 2013. 

La Tunisie, la France, la Libye, l’Egypte, des pays qui ont été frappés par des attentats terroristes spectaculaires revendiqués par ce qu’on appelle l’Etat Islamique (EI) ex-Daech. Les commanditaires de ces attentats ne sont autres que les ex-djihadistes qui partaient en Syrie et en Irak.

Aujourd’hui, il est question des djihadistes algériens qui ont rejoint l’Etat Islamique sur les deux fronts, en Syrie et en Irak. Peuvent-ils exécuter des attentats criminels tels à ceux vécus par les autres pays ? Combien sont-ils encore en vie, ces djihadistes algériens et quel est leur impact sur la sécurité nationale ?

Des questions qui font craindre un attentat d’envergure, surtout avec les découvertes d’armes de guerre par l’armée algérienne durant ces dernières semaines. A qui servent-ils, ces arsenaux de guerre ? A qui appartiennent-ils ?

Comment l’ANP a-t-elle réussi à mettre la main sur ces arsenaux en peu de temps et fort probablement à déjouer des attentats qui auraient ciblé les sites gaziers du Sud ? Il est très possible qu’un attentat d’envergure visait ces derniers temps l’Algérie, comme cela a été le cas en janvier 2013 à Tiguentourine.

Les découvertes d’armes de guerre dans le Sud ne font qu’augmenter cette forte éventualité. D’ailleurs, l’Etat Islamique a toujours promis de perpétrer un attentat contre les intérêts algériens. Les menaces du chef spirituel de cette organisation, Abou Bakr El Baghdadi, remontent à plus d’un an et elles ont été appuyées par d’autres serments d’autres chefs terroristes de ladite organisation.

De ce fait, les autorités algériennes sont sur le qui-vive. La vigilance est de mise du côté des services de sécurité où la surveillance des frontières, des aéroports et des ports du pays est omniprésente. C’est grâce a cette vigilance que l’armée algérienne a réussi à mettre la main sur les arsenaux de guerre, et ce durant deux opérations les 15 et 16 avril passés.

Les forces de l’ANP ont mis en échec des tentatives d’introduction de grosses quantités d’armes et de munitions. C’est le cas d’un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel de Tindouf/3e Région militaire. Ce dernier a mis en échec, le 16 avril dernier vers de 14h, une tentative d’introduction d’une quantité d’armes et de munitions.

L’opération qui a eu lieu suite à une patrouille de reconnaissance menée par les éléments de l’ANP près de la localité frontalière de Chenachene au Sud-est de Tindouf, s’est soldée par la découverte d’une cache contenant un pistolet-mitrailleur de type Kalachnikov, un fusil-mitrailleur de type FMPK, un pistolet de type Falcon et dix chargeurs garnis contenant 155 balles.

Cette opération fait preuve de la vigilance et de la détermination des éléments de l’ANP à sécuriser les frontières nationales. Elle intervient suite à celle menée un jour auparavant près de la bande frontalière à Tiririne au niveau de la 6e Région militaire, et qui s’est soldée par la découverte d’une cache contenant un important lot d’armement, de munitions et d’explosifs.

Avant cette opération, un autre détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel d’In Guezzam/6e Région militaire a mis en échec, le 14 avril dernier, une tentative d’acheminement d’une grande quantité d’armements, de munitions et d’explosifs. 

Cette importante opération, qui a eu lieu suite à une patrouille de reconnaissance des éléments de l’ANP près de la bande frontalière à Tiririne, s’est soldée par la découverte d’une cache contenant six pistolets-mitrailleurs de type Kalachnikov, trois fusils-mitrailleurs de type FMPK, deux lance-roquettes de type (RPG-7) et (SPG-9), deux mortiers de calibre 60 mm, six mitrailleurs de calibres 14,5mm et 12,7mm, deux mines anti-groupes, 60 grenades offensives et défensives, 225 kilogrammes de produits explosifs, 45 roquettes de différents calibres et 1 761 balles pour divers armements. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email