-- -- -- / -- -- --
Nationale

Forte mobilisation des travailleurs de l’éducation nationale

Forte mobilisation des travailleurs de l’éducation nationale

L’Union nationale des professionnels de l’éducation et de la formation (UNPEF) a observé hier une journée de protestation dans tous les établissements scolaires.

Les travailleurs de l’éducation nationale veulent, à travers cet arrêt de travail, « dénoncer la déstructuration de l’institution scolaire et l’atteinte à l’identité nationale ».

Contacté par nos soins Sadek Dziri, président de l’UNPEF, s’est réjoui hier de « la large mobilisation des fonctionnaires qu’a enregistré la grève d’une journée à laquelle elle a appelé « .

Cette action sera suivie par d’autres mouvements de protestation dans le cas où le ministère de tutelle ne daigne pas donner de suite à nos revendications, nous a signifié le chargé de communication de ce syndicat.

Il affirme le refus de l’UNPEF de toute atteinte aux constantes nationales, citant l’exemple du retrait de BASMALA des manuels scolaires. Il dénonce, par ailleurs, la précipitation dans l’application de la réforme de seconde génération.

Cette action de protestation est aussi contre « les décisions choquantes » prises à chaque rentrée scolaire : changements de
programmes (3e et 4e AP, ainsi que les 2e et 3e AM), a, selon le syndicaliste, porté à 40 millions de besoins en nouveaux livres.

D’où les dysfonctionnements qu’a connu l’opération de distribution et qui se poursuivent, sans compter le report de la publication de sept nouveaux livres pour l’année prochaine.

Analysant la situation dans le secteur, l’UNPEF estime qu’elle « se caractérise par une grande tension, une colère sourde en raison du discours de terreur du gouvernement et de sa politique d’austérité contenue dans la loi de finances 2018 avec de nouveaux impôts ».
Ce syndicat tient à réitérer son attachement à sa plateforme de revendications, dont l’amélioration des conditions de travail.

Tout en dénonçant l’ »improvisation permanente » dans la démarche de la ministre de l’Education nationale, l’UNPEF exige la révision du statut particulier de l’enseignant afin de le débarrasser de ses « incohérences « .

Ledit syndicat réclame de la pondération dans l’application des réformes de seconde génération et l’élargissement de la consultation, y compris les aspects éducation et de pédagogie. Il exige également un audit de la CNR, ainsi que la mise en place d’un système de formation continue pour les enseignants par l’ouverture d’instituts spécialisés.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email