-- -- -- / -- -- --
Nationale

Abou Obeida El Annabi sur la liste noire des Américains

Abou Obeida El Annabi sur la liste noire des Américains

Abou Obeida Youssef El Annabi, de son vrai nom Moubarek Yazid, cet enfant d’Annaba, est désormais traqué par les Américains tout comme Mokhtar Belmokhtar ou encore Abdelmalek Droukdel. Ces Algériens chefs terroristes sont sur la liste noire « Wanted » des terroristes internationaux.

Le Département d’Etat américain a ajouté, jeudi passé, le nom du numéro deux d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l’Algérien Abou Obeida Youssef El Annabi, sur la liste noire des terroristes internationaux les plus dangereux. Cette décision du Département d’Etat US est qualifiée d’importante du moment que les transactions financières qui sont faites sous le nom de cet Algérien seront gelées et mises sous contrôle des services de sécurité américains. 

« Le Secrétariat d’Etat désigne le citoyen algérien Abou Obeïda Youssef Al-Anabi comme terroriste international (…) les citoyens américains sont interdits, en vertu de cette décision, d’engager une transaction sous quelque forme que ce soit avec ce terroriste », peut-on lire sur le site du Département d’Etat US.

Ainsi, Abou Obeida, cet enfant d’Annaba, est le numéro 1 de l’organe médiatique d’Aqmi. Les Américains le soupçonnent d’être le candidat favori à la succession du chef terroriste d’Aqmi, en l’occurrence Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mossaâb Abdelouadoud.

Du coup, Abou Obeida Youssef El Annabi devient l’un des terroristes les plus recherchés au monde et une cible privilégiée des forces spéciales aux côtés du chef de l’organisation terroriste Etat islamique, Abou Bakr El Baghdadi, de Mokhtar Belmokhtar d’El Mourabitoune et de Droukdel d’Aqmi.

Le 9 septembre passé, le Département d’Etat américain a diffusé un message sur son site annonçant l’alerte sur la traque de l’Algérien Abou Obeida El Annabi. Son dernier de son vrai nom Moubarek Yazid, est le numéro deux d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et il est donné largement favori pour succéder à l’actuel chef de cette organisation, Abdelmalek Droukdel.

Il s’est fait connaître à l’échelle internationale notamment en 2013, lors de l’opération « Serval », nom de code de l’intervention militaire française au Mali, par ses prêches enflammés contre la France, et ses menaces avaient été prises très au sérieux par le président François Hollande.

En fait, Youssef El Annabi est poursuivi pour son appel à frapper les intérêts français, suite à l’intervention de la France en janvier 2013 au Mali pour déloger les groupes armés, à leur tête Aqmi.

Le 6 mai 2013, le groupe Aqmi avait mis en ligne une vidéo sonore sur les sites salafistes djihadistes, dans laquelle le chef terroriste Abou Obeida El Annabi avait appelé les musulmans à mener une guerre de croisade contre la France pour son implication et son occupation du Mali.

Il avait dénoncé, dans cette vidéo préparée en avril et diffusée en mai 2013, ce qu’il a appelé « la croisade menée par la France contre les musulmans » en référence au Mali, lorsque les autorités françaises avaient décidé d’intervenir militairement au Mali, en janvier 2013, pour déloger les groupes armés. Abou Obeida El Annabi avait appelé, en mai 2013, les musulmans du monde entier à la grande « mobilisation » et au « jihad ».

Il avait aussi encouragé les jeunes musulmans à commettre des attentats contre les intérêts français. Quelques mois après, la France a été frappée par une série d’attentats qui ont visé le siège du journal satirique « Charlie Hebdo » le 7 janvier 2015, faisant 11 morts dont 8 membres dudit journal. Cet attentat avait plongé la France sous le choc tout en rappelant les grandes menaces auxquelles elle fait face dans le cadre de sa politique extérieure.

Aussi, la France a été menacée à de nombreuses reprises lors de ses différentes opérations extérieures en Afrique et au Moyen-Orient par des mouvances terroristes islamistes (Aqmi, Daech…) qui sont allées jusqu’à annoncer des attaques sur le sol français. De nombreux projets d’attentats ont ainsi été déjoués durant les semaines ayant précédé la fusillade survenue au siège de « Charlie Hebdo ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email