-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ils exigent leur intégration : La colère des adjoints de l’éducation

Ils exigent leur intégration : La colère des adjoints de l’éducation

Les adjoints et superviseurs de l’éducation nationale menacent de revenir à la charge si le département de la tutelle ne donne pas une suite favorable à leurs revendications.

Le département de Nouria Benghebrit risque de faire face, encore une fois, aux actions de protestation de la part des travailleurs du secteur.

En effet, le comité national des adjoints et superviseurs de l’éducation nationale, affilié à l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), se dit prêt à recourir à la protestation pour faire aboutir ses revendications, a indiqué un communiqué rendu public par le comité. Ce dernier appelle à l’intégration des adjoints et des adjoints principaux de l’éducation dans le grade de superviseur de l’éducation, selon le décret présidentiel 226-14. 

Cette décision a été prise suite à une réunion d’urgence tenue samedi passé par ladite organisation syndicale pour débattre le contenu des propositions liées à la correction des dysfonctionnements du statut particulier des personnels de l’éducation nationale. Le comité national des adjoints et superviseurs de l’éducation nationale a également mis en avant la nécessité de préserver le recrutement extérieur pour les détenteurs de diplôme d’études universitaires appliquées (DEUA).

Cette entité syndicale demande aussi la classification des superviseurs principaux de l’éducation dans la catégorie 12. « On appelle le ministère de tutelle à honorer ses engagements afin de rendre justice aux adjoints et aux superviseurs de l’éducation », lit-on dans le communiqué.

Ce dernier n’a pas écarté un recours à la protestation si le département de Benghebrit ne répondait pas favorablement à ses revendications. « On appelle l’ensemble des adhérents à rester mobilisés pour entamer des actions de protestation si les revendications soulevées ne sont pas prises en charge », a souligné le même communiqué.

Par ailleurs, l’UNPEF a fait état de la tenue de plusieurs assemblées générales de wilayas le 21 janvier, et ce dans le cadre de la préparation pour les rassemblements de protestation qui seront organisés le 24 du mois courant devant les sièges des directions de l’éducation afin d’exiger « la classification des titulaires des diplômes d’études universitaires appliquées (DEUA) au niveau 11 et des licenciés au niveau 12 », a rappelé le même document. La plate-forme de revendications de cette entité syndicale s’articule autour de plusieurs points.

Il s’agit, entre autres, de la régularisation de la situation des adjoints et des adjoints principaux de l’éducation à travers une promotion de grade, de base à superviseur de l’éducation, en laissant le soin au ministère de trouver la meilleure formule, et ce dans le but de mettre définitivement fin au système actuel des grades.

L’organisation a également soulevé la nécessité d’annuler le contenu de la circulaire 003 qui concerne le grade de superviseur de l’éducation, et ce en revalorisant l’expérience professionnelle sur la base de 10 ans et de 20 ans afin de prétendre au grade de conseiller de l’éducation.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email