-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le chauffage au gaz doit être munis d’un détecteur de monoxyde de carbone  

Le chauffage au gaz doit être munis d’un détecteur de monoxyde de carbone  

Le chauffage au gaz doit être munis d’un détecteur de monoxyde de carbone à l’achat. C’est la condition exigée désormais par le ministère du Commerce de l’ensemble des fabricants, des importateurs et des distributeurs (grossistes et détaillants) d’appareils de chauffage au gaz à usage domestique.

Cette décision a pour but de réduire le nombre de décès causés, chaque hiver, par l’intoxication au monoxyde de carbone, indique le ministère du Commerce dans une instruction envoyée aux directions du commerce.
Il sera désormais obligatoire d’accompagner tout appareil de chauffage au gaz à usage domestique vendu d’un détecteur de monoxyde de carbone et le prix de ce dernier devra être inclus dans la valeur totale de l’acquisition de l’appareil, indique la note du ministère, avertissant que toute infraction et le non-respect de cette consigne expose son propriétaire aux procédures légales et administratives en vigueur.
Lire aussi Une famille décimée par le monoxyde de carbone à Mila

Pour rappel, cette procédure n’est pas nouvelle mais dans la plupart des opérations commerciales de vente, les consignes n’ont pas été respectées.

La Protection civile appelle à plus de vigilance

Les services de la Protection civile appellent, chaque année, les citoyens à prendre toutes les précautions nécessaires avant l’arrivée de la saison hivernale, rappelant les conséquences que peut engendrer la négligence dans l’entretien des appareils de chauffage et chauffe-eaux.

La Protection civile souligne également la nécessité d’entretenir périodiquement ces appareils et de surveiller les sorties d’air dans les habitations, d’autant plus que la mauvaise utilisation des radiateurs et chauffe-bains font des victimes. «Le gaz carbonique représente un danger constant et permanent en raison d’une mauvaise utilisation des appareils de chauffage ou encore d’un appareil de chauffage qui n’est pas conçu selon les normes de sécurité», estime la Protection civile. Celle-ci recommande de procéder à la maintenance des appareils de chauffage par un technicien qualifié, toujours aérer la maison lors de l’utilisation de ces appareils pendant au moins 10 minutes par jour et ne pas fermer les ouvertures de ventilation dans la maison. Cette année encore, les services de la Protection civile comptabilisent le nombre d’interventions.

La Direction générale de la Protection civile a lancé, le 14 octobre dernier, une campagne nationale sous le slogan «Ensemble pour un hiver chaud et sûr» dans le cadre du programme de la Protection civile pour la prévention et la sensibilisation aux risques et accidents relatifs à l’intoxication et à l’asphyxie dues aux monoxyde de carbone et autres gaz brûlés.

Cette campagne a été organisée en coordination avec les directions de la santé, du commerce, de l’éducation nationale, des affaires religieuses ainsi que de Naftal, Sonelgaz et enfin la société civile. Ce programme s’étalera tout au long de la période hivernale et comprendra des journées portes ouvertes au niveau des unités de la Protection civile, des caravanes locales qui parcourront différentes localités afin de faire de l’information de proximité, des émissions radiophoniques et télévisées, ainsi que la diffusion de spots de sensibilisation à travers les médias.

Il convient de rappeler que 173 personnes ont été victimes d’asphyxie, dont 145 suite à l’inhalation du monoxyde de carbone, durant l’année 2019. Tandis que durant les huit premiers mois de l’année 2020, les unités de la Protection civile ont sauvé 2 047 personnes incommodées par les différents gaz. Le bilan des décès depuis le début de l’année est de 58 personnes intoxiquées par le monoxyde de carbone.

Lire aussi Monoxyde de carbone : 5 personnes sauvées de justesse à Constantine

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email