-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’ambassadeur du Sénégal à Alger, nous écrit

L’ambassadeur du Sénégal à Alger, nous écrit

Je voudrais, avec votre permission, apporter quelques précisions, suite à l’article intitulé « Qu’attend le Sénégal pour réagir ? « , publié dans la rubrique « A la Une » de votre édition du mercredi 10 décembre, sous la signature de Nordine Mzalla-

Cet écrit laisse penser que le Sénégal se croit « immunisé » contre le terrorisme et ne prend aucune part à la lutte contre ce fléau qui se mène à l’échelle continentale. L’auteur en arrive même à envisager « qu’un attentat spectaculaire » s’y produise pour que le Sénégal se sente concerné par le phénomène.

Nous laissons à l’auteur la responsabilité d’un aussi funeste présage et prions le Ciel pour que cela n’arrive jamais. A contrario, nous faisons le vœu que son pays soit préservé à jamais d’actes terroristes.

En effet, pour le Sénégal, quand la case du voisin brûle, il faut se porter à son secours et contribuer à éteindre l’incendie car ce sont toutes les cases du voisinage qui sont menacées.

C’est fort de cette croyance que le Sénégal s’est toujours engagé dans la lutte pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité internationale. Faut-il rappeler que, dès 1960, année de son Indépendance, le Sénégal a pris part à une opération de maintien de la paix.

Depuis cette date, les Nations Unies, tout comme l’Union Africaine ou la CEDEAO, ont toujours fait confiance aux forces de défense et de sécurité sénégalaises partout où la Paix était menacée. C’est dans cet esprit qu’un contingent sénégalais est déployé au Mali pour appuyer les forces internationales.
C’est ce qui explique, également, le choix de Dakar pour accueillir le bureau de l’Envoyé Spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahel.

En outre, Dakar a abrité, en mai 2014, l’Atelier sur « la lutte contre les menaces transnationales » co-organisé par le Centre Africain d’Etudes Stratégiques » (ACSS) et l’Ambassade des Etats-Unis à Dakar, en collaboration avec l’Agence pour la Réduction des Menaces du Département américain de la Défense (DTRA), le Commandement américain en Afrique (AFRICOM) et le Centre d’Etudes Stratégiques du Proche Orient et de l’Asie (NESA).

Signalons, pour l’information de l’auteur, que dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la France et le Sénégal ont convenu, en mai 2014, d’implanter à Dakar le pôle de la coopération française et la stratégie du commandement d’anticipation dans la lutte contre le terrorisme dans la sous région.

Monsieur Jean-Yves Le Drian, Ministre français de la Défense, a justifié le choix de Dakar en ces termes : « Nous souhaitons que ce soit à partir d’ici (Dakar) et de Libreville que se fasse la stratégie du commandement d’anticipation pour le contrôle du périmètre régional. C’est à partir d’ici que se fait la coopération et c’est également à partir de Dakar que se préparent sur l’ensemble de la région les interventions si nécessaires ».

Je voudrais, enfin, rappeler les propos tenus par le président Barack Obama dans son allocution devant l’Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2014 : « Si les jeunes vivent dans des endroits où la seule option est entre les diktats d’un Etat, ou l’attrait d’un extrémisme de quartier -dans ce cas aucune stratégie de lutte contre le terrorisme ne peut réussir.

Mais si les jeunes vivent dans un endroit où une véritable société civile est autorisée à s’épanouir -où les gens peuvent exprimer leurs points de vue et s’organiser pacifiquement pour une vie meilleure -alors dans ce cas, on peut s’attendre à vaincre le terrorisme. Nous le voyons au Sénégal où la société civile se développe à côté d’un gouvernement démocratique fort… ». Ces propos battent en brèche le tableau sombre que fait l’auteur sur le Sénégal.

Pour en revenir à la lutte contre le terrorisme, je voudrais rappeler les propos tenus par le président Macky Sall, en marge du sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique, le 7 décembre 2013. Il disait : « Alors que le Sénégal bénéficie, depuis longtemps, d’une image apaisée, le pays n’est pas épargné par la montée d’un islam rigoriste ».

La lutte contre le terrorisme demeure l’une des priorités du Sénégal, raison pour laquelle les pouvoirs publics ont entrepris des actions multiformes pour contrer la menace, Une cellule de lutte anti terroriste a ainsi été créée dès 2003 et une opération a été lancée dès le déclenchement de l’intervention militaire au Mali avec un renforcement du dispositif sécuritaire aux frontières. C’est du reste sous ce rapport que se tient à Dakar, les 15 et 16 décembre 2014, un Forum international sur la Paix et la Sécurité en Afrique, dans le prolongement du Sommet de l’Elysée.

Le Sénégal n’est certes pas membre du G5, regroupement constitué par le Mali, le Tchad, la Mauritanie, le Burkina Faso et le Niger qui ont décidé de conjuguer leurs efforts pour lutter contre le terrorisme. Mais, force est de reconnaître qu’aux yeux de ses partenaires du Sahel, de l’Afrique et du Monde, le Sénégal, de par sa position géographique, de son héritage d’un islam apaisé, de l’engagement de ses dirigeants politiques, s’impose comme une plateforme stratégique de lutte contre le fondamentalisme religieux. En effet, ce n’est pas un hasard si les huit pays membres de l’Union économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ont confié le chantier Paix et Sécurité de l’Union au président Macky Sall.

Au total, même si le Sénégal reste engagé à prendre part à toutes les initiatives qui se mènent pour lutter contre le terrorisme et contre toutes les formes de trafic, il reste convaincu que, même si les Africains ont besoin de l’appui de leurs partenaires des autres continents, c’est à eux qu’il appartient de garantir la paix et la sécurité en Afrique pour assurer leur développement. Cela, ils ne peuvent le faire qu’en mutualisant leurs moyens et en menant des actions concertées et coordonnées. C’est dans cette optique que le Forum de Dakar a été organisé.
Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur de Publication, à l’assurance de ma considération distinguée.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email