-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers la paralysie des hôpitaux

Vers la paralysie des hôpitaux

Les paramédicaux reviennent à la charge. Après une période d’accalmie, ils ont décidé d’initier un nouveau mouvement de protestation. Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a appelé, hier, à une grève cyclique de trois jours par semaine à partir du 24 novembre.

Le secteur de la santé sera paralysé prochainement. Le personnel paramédical des hôpitaux et des polycliniques d’Algérie observera une grève cyclique de trois jours à l’appui de revendications socioprofessionnelles.

Le syndicat des paramédicaux, qui a lancé cet appel à la grève, veut apparemment contraindre le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière à être à l’écoute de ses doléances et à ouvrir la porte du dialogue. Cela a été décidé lors de la tenue du conseil national du SAP, réuni jeudi 13 novembre à Alger, afin d’examiner la situation « préoccupante » du personnel paramédical.

Cet appel à la grève exprime aussi le ras-le-bol des paramédicaux qui dénoncent « avec fermeté » la lenteur de l’application des textes réglementaires régissant le corps paramédical.

Le communiqué rendu public, hier, par le SAP, évoque les revendications non satisfaites pour lesquelles les paramédicaux vont débrayer de nouveau. Il cite dans ce cadre la question de l’intégration des paramédicaux brevetés (laboratoire, radiologie…) dans le grade des paramédicaux diplômé, d’Etat.

Comme deuxième grief, le SAP fait cas de l’absence du dispositif réglementaire garantissant la progression dans les carrières, à savoir la promotion massive des paramédicaux (santé publique, A.M.A.R, sages-femmes et biologistes), en application de l’instruction ministérielle N° 28 du 16 octobre 2014.

Le SAP revendique aussi la nécessité de rendre effective l’application de certaines primes. Il évoque dans ce contexte l’indemnité de qualification, l’indemnité d’encadrement et celle de la documentation.

Le syndicat plaide aussi en faveur de la régulation juridique et administrative des instituts nationaux de formation supérieure paramédicale. Face à cette situation, le SAP se dit contraint de reprendre la voie de la protestation, « seule issue pour exprimer le mécontentement de la corporation médicale ». Il appelle, par ailleurs, tout le personnel paramédical à se mobiliser afin de durcir le mouvement, et ce au cas où aucune solution concrète ne vient répondre à leurs préoccupations majeures.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email