-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Secteur de la santé  : Le Dr Yousfi prône une réforme profonde 

Secteur de la santé  : Le Dr Yousfi prône une réforme profonde 

Les décisions prises par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors du dernier Conseil des ministres, concernant le secteur de la santé, ont été bien accueillies. Selon le Dr Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), il est urgent d’établir une réforme profonde du système de santé qui est en train de « s’effondrer ».

Contacté par le Jeune Indépendant, le Dr Mohamed Yousfi, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, a appelé à la concrétisation de toutes les décisions importantes prises par le chef d’Etat, relatives au secteur de la santé et considérées comme une continuité de la politique prônée auparavant dans la perspective d’une modernisation efficiente du secteur.  

Selon le spécialiste, la réforme du système de santé se résume à deux aspects : celui lié à la ressource humaine et celui relatif à la gestion. A propos du premier volet, le Dr Yousfi a insisté sur la nécessité de s’occuper des professionnels de la santé en leur assurant une meilleure prise en charge de toutes leurs conditions socioprofessionnelles. 

Abondant dans le même sens, il a évoqué le départ des médecins, notamment les spécialistes, vers le secteur privé ou à l’étranger parce que, selon lui, leurs droits sont bafoués et ils ne sont pas encouragés à rester au pays. « Il faut réhabiliter les professionnels de la santé et ne pas les priver de leurs droits à travers la révision du statut particulier, qui en phase finale, et en prenant en considération les propositions de tous les partenaires sociaux », a-t-il indiqué.  

Concernant le volet de la gestion, le Dr Yousfi a appelé à revoir la gestion du système de santé, rappelant que la loi de la santé est toujours dans les tiroirs, et ce depuis quatre ans et demi, alors qu’elle a beaucoup de points positifs, notamment concernant la carte sanitaire, l’indemnisation et la contractualisation.  

Dans le même ordre d’idées, il a fait savoir qu’il faut passer à la concrétisation et que tous les textes d’application doivent sortir, dans le but de revoir complètement la gestion du secteur de la santé. 

Il convient de rappeler que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a salué, lors du dernier Conseil des ministres, les efforts des médecins et des travailleurs de la santé pour ce qu’ils ont fait ces dernières années lors de la crise sanitaire que le pays a traversée.

Il a précisé que la situation générale que le pays a connue a affecté négativement le secteur de la santé, mais sa situation, qui appelle à une révision radicale, ne signifie pas nécessairement sa reconstruction à partir de zéro.

Le chef d’Etat avait souligné que le principal problème du secteur de la santé n’est pas lié à la structuration, mais à la gestion, et que la réforme doit se poursuivre tout au long de l’année, et non pendant une période précise.

 Il a appelé à motiver les médecins et les paramédicaux en créant un climat professionnel et social optimal pour mener à bien leurs tâches dans un confort psychologique complet, ce qui contribuerait à une meilleure exécution du devoir professionnel.

Tebboune a ordonné la nécessité d’un recyclage professionnel des agents paramédicaux, à travers des stages de formation, dans le but de les intégrer dans le dispositif des promotions administratives et professionnelles. Il a également appelé à reconsidérer les statuts de toutes les catégories professionnelles qui composent le secteur de la santé.

 Il a également été question de mettre à niveau et de moderniser les soins hospitaliers et les services de santé, selon une qualité unifiée, de créer un système de travail interne aux hôpitaux, de permettre le suivi électronique des dossiers médicaux sur tous les parcours de soins des patients et enfin de soulager la pression sur les médecins.

Selon les instructions du président de la République, il est impératif de recourir à la séparation entre la gestion administrative et médicale et l’orientation vers la spécialisation hospitalière pour créer des pôles de soins qui contribuent à alléger la pression sur les hôpitaux au niveau national. En conclusion, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a insisté sur le renforcement de l’orientation des hôpitaux vers la spécialisation en concluant des contrats avec des hôpitaux internationaux spécialisés pour effectuer des opérations chirurgicales en Algérie, en fonction du nombre de cas de maladies incurables nécessitant des soins particuliers.

 

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email