-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pollution : Les marins pêcheurs tirent la sonnette d’alarme

Pollution : Les marins pêcheurs tirent la sonnette d’alarme

Le présidentdu Comité national des marins pêcheurs, Hocine Bellout a tiré, hier, à Alger la sonnette d’alarme sur la pollution des côtes algériennes due aux rejets occasionnés par les populations côtières mais, surtout, par l’activité industrielle. Onze espèces de poisson sont en voie d’extinction y compris la sardine, a-t-il indiqué.

Cette pollution est due aux rejets occasionnés par les populations côtières mais surtout par l’activité industrielle, a affirmé M. Bellout. Animant un point de presse au siège national de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), le président du Comité national des marins pêcheurs, Hocine Bellout, a estimé que la situation est catastrophique et implique des conséquences extrêmement graves sur l’environnement marin et sur les côtés algériennes. « Nous avons les côtes les plus polluée 5 », déplore t-il.

Le président du comité des marins-pêcheurs met en cause les responsables de certains navires qui répandent d’importantes quantités d’huiles toxiques et de goudron en pleine mer. Il a cité également les unités industrielles qui déversent d’importantes quantités de déchets toxiques dans les mers. Ce qui entraine d’une manière directe au massacre des planctons, les fruits de mer, les algues et les autres espèces sous-marines évoluant dans le Bassin méditerranéen. Les rejets occasionnés par les afflux touristiques saisonniers et les déchets naturels (troncs de bois, feuilles mortes, etc.) polluent aussi une côte de 1 200 kilomètres de long ajoute notre interlocuteur.

Par ailleurs, le président du Comité national des marins pêcheurs, Hocine Bellout, alerte contre les pratiques sauvages et illégales de nombreux pêcheurs. Les filets utilisés, l’extraction du sable de mer, sont aussi des dégâts qui touchent notre mer au su et au vu des pouvoirs publics qui ne réagissent pas face à cette situation », dénonce le conférencier, qui ne manque pas d’évoquer que des espèces de poisson sont en voie d’extinction y compris la sardine.

Celui-ci a affirmé que le manque de poisson que connaît actuellement le marché est dû à ce phénomène principal problème dont souffre le secteur de la pêche « la pollution touche beaucoup de zones de pêche à cause des eaux polluées déversées directement dans la mer », a indiqué M. Bellout, ajoutant que l’augmentation du taux de salinité qui est à 3,8% et de l’acidité reste aussi une cause directe qui mène vers la disparition de quelques espèces de poisson.

Par ailleurs, le président du comité national des marins pêcheurs a estimé la production nationale de la pêche à 70 000 tonnes par /an, une quantité dérisoire, à ses yeux. L’Algérie importe, dira-t-il, 400 000 tonnes de poissons congelés par an. L’intervenant a cité un autre facteur qui concourt à la faillite de l’activité de la pêche. Il s’agit de « la main mise de la mafia, laquelle, a-t-il ajouté, est la principale bénéficiaire des plans d’aides et de relance de l’activité engagée par les pouvoirs publics ».

« Le simple pêcheur marin ne bénéficie guère des aides de l’Etat », dira t-il, soulignant que 75% des chalutiers sont usés et leurs propriétaires n’ont jamais profité des aides destinés à l’activité de la pêche. Rapport après rapport soumis au ministère de la Pêche par le comité des marins pêcheurs depuis 2005, « rien n’est encore fait. Les rapports sont consultés et juste après ils sont mis au fond du tiroir », s’indigne H.Bellout.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email