-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Plan national contre le cancer : Vers un partenariat algéro-britannique « efficace »

Plan national contre le cancer : Vers un partenariat algéro-britannique « efficace »

La prise en charge des cancéreux est désastreuse en Algérie. L’inexistence de centres de radiothérapie, le non-respect des délais de l’octroi de rendez-vous accordés aux patients et le problème de remboursement des médicaments sont le lot quotidien des cancéreux. Le plan cancer a été mis en place pour freiner la progression de nouveaux cas.

Suite à une réelle prise de conscience des défaillances du système de santé dans la prise en charge de cette maladie qui progresse d’une manière inquiétante, le plan national du cancer, a été mis en place pour améliorer la prise en charge et le traitement des malades. Elaboré par le Pr Messaoud Zitouni président de la République, le plan cancer sera au centre des discussions lors d’un colloque d’échanges entre des oncologues experts algériens et britanniques, qui se tiendra le 30 mars à Alger.

La tenue de ce colloque montre l’engagement international qui est en train de naitre en faveur de ce plan anti-cancer. La mise en œuvre du PNC prendra en charge le contrôle et la surveillance de façon à déceler les cas de cancer précocement. Il a commencé avec l’objectif d’abaisser le taux de mortalité et le taux des cancéreux par la prévention, car abaisser le taux reviendrait à faire un dépistage précoce.

L’objectif aussi est de compresser les délais de prise en charge par la radiothérapie pour ceux qui ont fini le programme de chimiothérapie. La première radiothérapie commencera au maximum trois semaines après la dernière session de chimiothérapie. Le programme de mise en œuvre se veut une globalité de prise en charge de tout ce qui concerne le traitement du cancer.

Principaux objectifs du Plan cancer

Le plan cancer dont l’objectif principal est de réduire la mortalité et l’incidence du cancer comprend huit axes principaux et 829 mesures dont le premier se base sur la prévention et l’évitement des facteurs de risque principaux, comme le tabac. Le deuxième axe vise au dépistage par le renforcement des actions de dépistage, notamment pour le cancer du sein et le cancer du col de l’utérus. En outre, le troisième axe s’appuie principalement sur le diagnostic comme l’anatomopathologie afin de détecter les cancers aux stades les plus précoces pour optimiser les chances de guérison.

Le quatrième axe, pour sa part, réside dans le traitement dans le sens de l’amélioration des techniques de soins et de prodiguer aux malades les meilleurs soins possibles. En plus, le cinquième axe s’articule autour de l’interdisciplinarité des soins. Dans un objectif de scientificité, le sixième axe a pour but d’encourager la recherche scientifique et la formation médicale spécialisée et continue pour une mise à jour régulière des équipes médicales.

Création de nouvelles disciplines en oncologie médicale
Pour le septième axe, il s’agit principalement de la création dans tous les centres anti-cancer de nouvelles disciplines médicales tel que l’onc-psychologie et l’onc-nutrition pour un accompagnement psychologique et nutritionnel des malades tout au long de leur maladie. Au dernier plan, le neuvième axe vise à financer la lutte anti-cancer.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email