-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouvelles enquêtes sur l’affaire de l’hôpital d’orthopédie de BBA

Nouvelles enquêtes sur l’affaire de l’hôpital d’orthopédie de BBA

Les services de l’IGF entameront au plus tard mercredi prochain leurs investigations concernant la négligence manifeste ayant conduit à la non réalisation de l’hôpital d’orthopédie traumatologie de la capitale des Bibans à savoir Bordj Bou Arréridj.

Ces derniers passeront sans aucun doute au peigne fin la passation du marché et de l’étude, celui de gré à gré, des avances non remboursées et de l’utilisation des deniers publics à des fins personnelles. En effet, prévus initialement pour une durée de 15 mois, les travaux de réalisation de l’hôpital spécialisé en orthopédie traumatologie à Bordj Bou Arréridj, implanté à proximité de la forêt Boumergued qui n’ont pas bougé ont poussé le premier responsable de l’exécutif, en l’occurrence Azzedine Mecheri au lendemain de son installation à la tête de cette wilaya, de résilier le contrat avec la société portugaise Abrantina., sur insistance des représentants de la société civile et des citoyens de la cité des 400 logements.

Ce projet rappelons-le, inscrit en 2006 et qui a été donné de gré à gré pour la société portugaise Abrantina, pour un montant de 1 858 312 940,44 DA, a consommé plusieurs enveloppes financières sans qu’il ne voit le jour.

L’entreprise de réalisation a bénéficié d’une avance forfaitaire TTC de 278 106 168,09 DA, dont 68 052 579,32 DA ont été remboursés et une avance sur approvisionnement TTC de 648 914 392,21 DA, dont 163 072 186,76 DA l’ont été aussi.

Rappelons que la réglementation stipule que les avances doivent être remboursées à 80% du montant du marché. Alors que pour cette société de réalisation le montant des situations de payement du marché est de 37,6% et le montant des remboursements des deux avances est de 24,93% seulement.
En avril 2010, le chantier était complètement à l’arrêt avec un taux d’avancement estimé à 5% seulement. La société réalisatrice a bénéficié de 71 ordres de service (ODS) d’arrêt et de reprise sur une période d’une année.

Le taux d’avancement des travaux reste autour de 40% seulement à cause de l’absence répétée, voire même l’abandon total du chantier, la non prise en charge des réserves du dossier de l’avenant et surtout l’incapacité du bureau d’étude Ceris qui a déjà été payé par la somme de 5 milliards de centimes, à clarifier les travaux supplémentaires évoqués par l’entreprise.

Il est à noter que le montant des travaux réalisés dans le cadre du marché est de 595 421 876,86 DA alors que celui des travaux non achevés dans le cadre du marché est de 989 228 653,57 DA.
Cette situation a par ailleurs poussé, les responsables de la wilaya et du secteur de la santé de notifier à la société portugaise une mise en demeure avant de procéder à une résiliation au tort exclusif de l’entreprise.

Cette dernière doit présenter ses situations de payements mensuels avec les remboursements réglementaires, les pénalités de retards seront appliquées avec vigueur et aucun avenant ne sera accepté par la DSP.
Elle risque en outre des poursuites judiciaires en matière pénale pour non-respect du code des marchés publics et en matière commerciale des engagements signés avec les autorités de la wilaya et la direction de la santé publique de la wilaya de BBA.

En outre, une importante délégation composée de magistrats de la Cour des comptes se rendra au début du mois prochain à la ville d’El Mokrani, pour s’enquérir de la situation de cette infrastructure sanitaire qui n’a pas vu le jour depuis plus de huit ans de travaux

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email