-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’EUCOCO appelle à des sanctions contre le Maroc

L’EUCOCO appelle à des sanctions contre le Maroc

Les participants à la 39ème édition de la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO) ont appelé le Conseil de sécurité et l’Union européenne (UE) à infliger des sanctions au Maroc et l’amener à « reconnaître » la République arabe sahraouie démocratique (RASD), comme « membre à part entière » des Nations unies.

Réunis samedi à Madrid, les participants ont « dénoncé les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par le Maroc dans les territoires sahraouis occupés ».

Pour l’EUCOCO, la stratégie du roi du Maroc « basée sur la fuite en avant, l’illégalité de l’occupation et toutes ses néfastes conséquences, le discours d’amalgame, de diversion, de mensonges et agressif vis-à-vis de l’Algérie, le défi face à la communauté internationale, le déni du Droit international, a aujourd’hui lamentablement échoué, et ne trompe plus personne”, ont-ils souligné.

Le Maroc est « sur la défensive et se trouve dans l’impasse en imposant un refus à toute solution négociée sous l’égide des Nations unies », ont-ils fait observer. « Non seulement il (Maroc) réprime les populations dans les territoires occupés mais il empêche Christopher Ross, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies de réaliser sa mission », ont dénoncé les participants.

La Conférence renouvelle, à cet effet, ses « encouragements à M. Ross et lui rend hommage pour sa détermination à mener à terme sa mission et salue les résolutions de l’ONU, ainsi que la détermination de son secrétaire général exprimés en mars 2014 pour la recherche active d’une solution conforme à la doctrine de décolonisation ».

Les participants ont, par la même occasion, réaffirmé leur « attachement » et leur « combat » pour que les Droits de l’homme, le Droit humanitaire et le Droit international soient appliqués en faveur du peuple sahraoui.

La Conférence a dénoncé, aussi, les agissements du Maroc en empêchant le médiateur désigné par l’Union africaine (UA), Joaquin Chissano, ainsi que la Représentante spéciale pour le Sahara occidental et Chef de la MINURSO, Kim Bolduc d’exercer leur mandat, ainsi que l’empêchement des parlementaires, des défenseurs des Droits de l’homme et représentants des associations de solidarité de se rendre dans les territoires occupés et d’y rencontrer les résistants sahraouis ainsi que les prisonniers politiques.

Les participants ont relevé, en outre, que la recherche d’une solution juste et définitive au conflit du Sahara Occidental connaît actuellement une étape « qualitative cruciale », en soutenant que le vaste mouvement de solidarité international avec le peuple sahraoui réuni ces deux jours à Madrid « réaffirme avec force sa solidarité avec sa lutte de 40 années pour son indépendance sous la conduite du Front Polisario, son unique et légitime représentant. »

« Notre mobilisation se veut plus grande encore, nos actions plus ciblées, plus performantes, pour obliger le Maroc à respecter le droit international et pour interpeller certains pays, la France et l’Espagne en particulier, ainsi que l’Union européenne pour qu’ils adoptent une position conforme à la légalité internationale sur la question du Sahara occidental », ont-ils fait valoir.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email