Les troubles au Kazakhstan ont des répercussions mondiales – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Asie

Les troubles au Kazakhstan ont des répercussions mondiales

Les troubles au Kazakhstan ont des répercussions mondiales

Les manifestations meurtrières qui ont secoué le Kazakhstan ont des répercussions majeures sur la communauté internationale. Au-delà du drame humain qui secoue cette ex-république soviétique, les puissances du monde entier craignent une flambée des prix de certains matières premières dont disposent le pays notamment les métaux ordinaires et précieux.
Le Kazakhstan, surnommé « l’Eldorado venu du froid », recèle des ressources parmi les plus importantes de la planète.

Ainsi, alors que les affrontements au Kazakhstan ont éclaté il y a plusieurs jours, l’uranium, le combustible des centrales nucléaires, a déjà vu son prix bondir. La livre d’uranium a progressé de près de 35% sur les 5 derniers jours et culmine à 45,50 dollars ce vendredi. Il faut dire que le pays est le premier producteur mondial avec près de 40% du marché, devant le Canada. Le Kazakhstan dispose également d’un tiers des réserves mondiales de chrome, il en est ainsi le premier producteur. Le pays détient en outre d’importants gisements de plomb, de zinc, de fer, manganèse, cuivre, tungstène, bauxite, l’étain, le charbon, le cobalt, le titane, l’or, le molybdène et d’autres métaux exotiques utiles dans les industries de haute technologie. Le Kazakhstan est aussi une place forte du « mining » de bitcoin, qui connaît une forte chute.

Mais les richesses du pays ne s’arrêtent pas là. Il est également un important producteur de gaz et de pétrole : il est le dixième exportateur mondial. Ainsi, l’économie du pays repose principalement sur ces activités d’extraction de pétrole, gaz et de minerais qui assurent un tiers de son PIB. Le Kazakhstan est donc particulièrement sensible aux évolutions des marchés de l’énergie, comme l’illustre les émeutes meurtrières qui ont éclaté dimanche dernier.

la suspension des subventions à l’origine des troubles
Une flambée des prix du gaz perçue comme injustifiée au vu des vastes ressources gazières et pétrolières du pays
En cause, une multiplication par deux du prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL), qui sert à alimenter la plupart des véhicules du pays.
Cette hausse brutale est « largement liée à la fin du système de subvention par les pouvoirs publics », à la fin de l’année 2021.
Cette augmentation, qui entraîne celle des produits alimentaires, est perçue par la population comme injuste au vu des vastes ressources gazières et pétrolières du pays.
Pour protester contre cette hausse brutale, plusieurs centaines de manifestants sont ainsi descendus dans les rues. Le mouvement de colère a débuté dimanche en province puis il s’est étendu à la capitale économique du pays, Almaty, où il a viré à l’émeute. Les manifestants se sont emparés de bâtiments administratifs et brièvement de l’aéroport, tandis que les pillages se sont multipliés.

Le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, a échoué à calmer les protestations, malgré une concession sur le prix du gaz, la démission du gouvernement et l’instauration de l’état d’urgence et d’un couvre-feu nocturne dans le pays.

Lire aussi: Des policiers décapités par des manifestants au Kazakhstan

Le mouvement de contestation sans précédent dans l’histoire de ce pays d’Asie centrale a rapidement dépassé la question du prix du gaz. Dès le lendemain de la mobilisation, les manifestants avaient plusieurs revendications politiques telles que le changement de régime, l’élection des gouverneurs locaux qui sont actuellement nommés par le président, l’arrêt des arrestations et du harcèlement des militants civiques.

Face au chaos, la Russie et ses alliés de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) ont annoncé l’envoi d’une « force collective de maintien de la paix », à la demande du Kazakhstan.

Au total, plus d’un millier de blessés sont à déplorer depuis le début des émeutes, qui font suite à des manifestations contre la hausse du prix du gaz. Ce 6 janvier, la police a annoncé avoir arrêté environ 2 000 personnes dans les rues d’Almaty.

Selon le ministère kazakh de l’Intérieur, au moins 18 membres des forces de sécurité ont été tués et 748 blessés dans les émeutes de ces derniers jours. D’après la même source, 2 298 personnes ont été arrêtées en lien avec ces événements.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email