-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Les tendances de la médecine et de la chirurgie esthétique

Les tendances de la médecine  et de la chirurgie esthétique

Les résultats de l’étude de la Tribune IMCAS sur les tendances de la médecine et de la chirurgie esthétique entre 2012 et 2018 : toxines botuliques, produits de comblements, cosmétiques actifs, lasers, prothèses mammaires…

Les chiffres clés du marché de la médecine et de la chirurgie esthétique
Le marché de la médecine et de la chirurgie esthétiques est un marché toujours hétérogène, tant au niveau des différents segments de marché que des zones géographiques, mais il a enregistré globalement une solide croissance 2013 à + 7,3 % et devrait afficher cette même tendance jusqu’en 2018.

Cette évaluation révèle les faits marquants suivants : Le marché mondial est évalué à 4,6 milliards d’Euros en 2013, soit + 7,3 % comparé à 2012.

Le taux de croissance 2014 a été estimé à + 7,2 % pour un, marché mondial devant atteindre 4,9 milliards d’Euros (6,7 milliards US$), marquant un dynamisme toujours solide de ce secteur dans un contexte économique difficile de certaines zones géographiques.

Les chiffres confirment :
-le ralentissement de la croissance en Europe (environ 3 % par an tous segments confondus),
-une Europe affectée par la crise, particulièrement l’Europe du Sud,
-une situation plus favorable des USA (environ 7 % par an de croissance),
-une croissance moyenne > 9 % par an en Amérique Latine,
-la zone Asie-Pacifique qui tire la croissance globale avec un taux à plus de 12 % par an.
-La baisse de pouvoir d’achat en particulier en Europe du Sud affecte le marché européen en 2014 avec une croissance moyenne annuelle de + 3,1 % entre 2014 et 2018. Selon nos estimations, le marché européen est évalué à 1,1 Md € en 2014 pour atteindre 1,2 Md € en 2018.
-Le marché 2018 des USA représentera toujours plus de 45 % du marché mondial, suivi de l’Asie (21 %) puis de l’Europe (18 %).

L’Asie connaîtra la plus forte croissance jusqu’en 2018 et atteindra 1,4 Md € avec une croissance moyenne annuelle de 12,6 %. Globalement, la croissance annuelle du marché mondial entre 2014 et 2018 devrait être de 7,2 % atteignant 6,6 Mds €
Les différents segments de marché
Les produits injectables
Les produits injectables (toxines botuliques et produits de comblement essentiellement à base d’acide hyaluronique) demeurent le premier marché en valeur (35 %), mais n’afficheront une croissance que de 7 % par an jusqu’en 2018.

Les marchés mondiaux toxines et produits de comblement étant équivalents en 2014 (50/50) avec une croissance plus soutenue pour celui des toxines sur les années à venir.

Les équipements à base d’énergie

Les équipements à base d’énergie (laser, radiofréquence, ultrasons…), associés à ceux destinés au remodelage corporel, doivent continuer leur croissance de plus de 8,5 % par an, suite à la baisse d’activité liée aux crises financières des années 2008-2009.

Ils représenteraient en 2018 2,3 Mds € soit 35 % du marché mondial et deviendraient le premier segment de la médecine esthétique. Les équipements destinés au remodelage corporel connaîtront une croissance plus forte à + 12 % par an.

Pour les cosméceutiques (produits de cosmétique active), afficheront une tendance à 7,4 % par an et atteindront 15,5 % du marché mondial (1 Md €), les positionnant devant les prothèses mammaires implantables. Les prothèses mammaires implantables connaîtront une progression moindre évaluée à 6,1 % par an jusqu’en 2018.

Les tendances des techniques médicales ou non invasives

Les techniques médicales ou non invasives connaissent de nombreux développements et un succès croissant, car plus accessibles, moins coûteuses et avec des effets indésirables moindres comparés à la chirurgie. Loin de s’opposer à la chirurgie, ces techniques peuvent aussi préparer à l’acte chirurgical et/ou le maintiennent.

Avec un marché mondial qui atteindra les 1,2 billion de dollars en 2018, le marché des cosméceutiques anti-âge (ou cosmétique active) devient un acteur essentiel dans la pratique des techniques d’esthétique médicale combinées.

La diffusion des traitements via différentes spécialités permet d’élargir le recrutement et les réponses en esthétique. La demande des patients pour des traitements cosméceutiques de prévention et de suivi prescrits par le médecin est croissante, 43 % de patients suivent un traitement cosméceutique afin de préparer leur peau à recevoir les traitements combinés anti-âge proposés par le praticien.

Cela permet à ces patients de bénéficier de leurs premiers traitements, d’entrer dans le domaine de l’anti-âge et de s’orienter plus tard vers des traitements médicaux esthétiques type peelings (32 %), fillers et Botox (23 %), microdermabrasion, voire des traitements chirurgicaux. Les patients dépensent ainsi environ 80 € par an dans l’achat des cosméceutiques

Il faut noter le succès des techniques de remodelage corporel et des équipements à base d’énergie continue (notamment ultrasons et radio-fréquence), en particulier dans le traitement de la cellulite, des amas graisseux, l’épilation et le rajeunissement facial.

Les techniques médicales les plus pratiquées.

En Europe, les interventions non-invasives les plus pratiquées sont par ordre décroissant (et pays par ordre décroissant)
1. Toxine botulinique : Italie, France, Allemagne, Turquie, Espagne.
2. Acide hyaluronique : Italie, France, Allemagne, Espagne, Russie.
3. Épilation laser : Turquie, Italie, France, Allemagne, Espagne.
4. Injection de graisse : Italie, France, Allemagne, Espagne, Turquie.
5. Traitement laser IPL : Italie, France, Allemagne, Turquie, Espagne.
Les procédures non-invasives en France se sont désormais démocratisées et ce sont les injections de toxine botulique qui ont désormais dépassé les injections de produits de comblement à base d’acide hyaluronique.

Les tendances en chirurgie esthétiques

Le ralentissement en Europe est limité mais plus important en Europe du Sud. La progression générale en matière de chirurgie est à deux vitesses.

Les deux interventions phares restent, en Europe comme dans le monde, la lipo-aspiration et l’augmentation mammaire par prothèses.
Les prothèses mammaires enregistrent une baisse d’environ 5,3 % certainement due au retentissement et à l’inquiétude suscitée par l’affaire PIP ; mais cette suspicion semble disparaître progressivement ces derniers mois.

Le lipofilling (injection de graisse) présente également un développement de plus en plus important tant au niveau du visage qu’au niveau des seins et des fesses. 

Après un moratoire de 10 ans, la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique avalise, dans certaines indications, l’injection de graisse dans les seins tout comme dans les fesses. Ces injections, associées à celles de cellules souches et de facteurs de croissance, sont beaucoup plus durables.

Les techniques chirurgicales les plus pratiquées

Les USA, l’Amérique Latine, l’Europe et l’Asie représentent respectivement 28,5 %, 15,4 %, 24,1 % et 29,5% des interventions chirurgicales pratiquées dans le monde, révélant ainsi le succès croissant de la chirurgie plastique en Inde et en Chine. En France, la chirurgie mammaire demeure une préoccupation principale pour les femmes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email