-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les réfugiés sahraouis menacés de famine

Les réfugiés sahraouis  menacés de famine

Le Croissant-Rouge sahraoui (CRS) a lancé hier un appel pressant à la communauté internationale pour l’octroi d’une aide de 10 millions de dollars aux réfugiés sahraouis menacés par une catastrophe humanitaire sans précédent.

« Nous lançons un appel à la communauté internationale en général et aux donateurs en particulier, pour agir vite et apporter aux réfugiés sahraouis une aide d’urgence estimée par le Programme alimentaire mondial (PAM) à 10 millions de dollars, afin d’éviter une catastrophe humanitaire sans précédent », a fait savoir à la presse le président du CRS, Yahya Bouhobeini. Il a fait observer que l’aide humanitaire aux sahraouis « a baissé ces derniers mois en raison, notamment, de la crise financière mondiale et de la prolifération des conflits dans le monde ».

M. Bouhobeini a précisé que les aides humanitaires de l’Union européenne ont baissé de 51 millions d’euros/an à 10 millions d’euros/an, notant que les aides espagnoles, estimées à 10 millions d’euros, ont reculé pour se réduire à 4,7 millions d’euros/an alors que celles des Etats-Unis sont passées de 9,1 millions de dollars/an à 3,5 millions de dollars/an.

Selon une estimation du CRS, la part individuelle en riz et semoule a baissé de 50% depuis le mois d’avril dernier. Ces baisses ont eu un impact « négatif » sur la situation et les conditions de vie des réfugiés en matière notamment de santé, a-t-il déclaré. 

La situation sanitaire « est de plus en plus précaire » dans les camps, en particulier chez les personnes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes », a fait remarquer Bouhobeini, relevant que ces franges de la société « souffrent notamment de malnutrition et d’anémie ». Il a prévenu que la situation « risque de se détériorer davantage si les aides restent insuffisantes ». 

Le président du CRS a mis en garde, à cette occasion, la communauté internationale contre « les tentatives marocaines visant à décourager les donateurs dans l’octroi de leurs aides aux réfugiés sahraouis ».

Il a dénoncé « la propagande marocaine visant à discréditer le travail humanitaire dans les camps de réfugiés sahraouis », affirmant que « l’ensemble des pays, instances et organisations donatrices saluent la bonne gestion du dossier aide humanitaire par les autorités sahraouies ».

La vice-présidente de la Commission européenne en charge du budget et des ressources humaines, Kristalina Georgieva, avait alerté en mars dernier sur la situation humanitaire des Sahraouis, notant qu’en 2015, cette aide s’est « beaucoup réduite » et que la population sahraouie se trouve dans une situation « grave » et « dépend » essentiellement de l’aide humanitaire de l’UE.

Fin avril dernier, l’Organisation Oxfam International a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à œuvrer sans délai en faveur d’un règlement immédiat du conflit au Sahara occidental afin de mettre fin à 40 ans d’exil d’un peuple abandonné par la communauté internationale.

« Le Conseil de sécurité doit redonner un nouvel élan au processus de négociations afin de surmonter l’impasse actuelle, en reconnaissant publiquement que le statu quo n’est pas une option.

Cet élan « devrait aboutir à un consensus sur le contenu d’une possible solution, ainsi que sur les moyens d’atteindre l’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental », a souligné l’Oxfam dans un rapport intitulé « 40 ans d’exil, les réfugiés sahraouis abandonnés par la communauté internationale ». 

Elle a aussi dénoncé la situation des réfugiés sahraouis contraints à l’exil dans les camps de Tindouf depuis 40 ans. Selon elle, les sahraouis sont contraints de consommer le même panier alimentaire depuis des décennies avec des conséquences graves, tant pour la santé physique que psychologique. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email