-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les cas des deux responsables douaniers pas encore tranchés

Les cas des deux responsables douaniers pas encore tranchés

Le juge d’instruction de la deuxième chambre près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) ne s’est pas encore prononcé sur le verdict concernant notamment le directeur régional des douanes d’Alger extérieur et le chef de l’inspection divisionnaire de Aïn Taya.

Ces deux responsables douaniers, mis en cause dans l’affaire de l’enlèvement frauduleux d’une marchandise prohibée du port sec Anisfer de Rouiba, ont été entendus la semaine dernière, après le report de l’audience, qui s’est déroulée, rappelons-le, jusqu’à une heure tardive de la nuit de dimanche dernier. Selon des sources proches du dossier, « ces accusés seront présentés une fois encore, lundi, devant le juge ».

Notre source croit savoir que « la justice va probablement exiger des deux mis en cause de donner des explications sur la disparition de la marchandise enlevée de l’intérieur du conteneur « . Pour rappel, « les faits de cette affaire révèlent que cette marchandise enlevée est déclarée comme étant des échantillons que les douaniers pouvaient prélever dans le cadre de leur contrôle ».

Cependant, il ressort que « les échantillons prélevés sont nombreux et d’un poids total de 10 tonnes ». C’est ce qui a été rapporté dans l’enquête de la police du port d’Alger relevant de la cellule de traitement du renseignement économique et financier, à qui l’enquête a été confiée.

A son arrivée au port sec, le conteneur en question avait un poids de 27 tonnes. Suite à l’enlèvement des « échantillons », le conteneur pèse aujourd’hui 17 tonnes. Pis encore, la marchandise enlevée est déclarée comme prohibée et interdite d’importation sans autorisation, à l’exemple des produits pyrotechniques ou encore des caméras infrarouges avec D.V.R, soumises à autorisation du ministère de la Défense nationale.

Le produit importé et contenu dans le conteneur de 40 pieds serait, selon les sources proches du dossier, d’une valeur globale de « 21 milliards de dinars ». C’est dire l’importance de cette affaire.
Il convient de souligner que le juge instructeur avait ordonné dimanche dernier la mise en détention préventive de 17 personnes dont 9 douaniers, 5 déclarants en douane, 2 employés du port sec Anisfer et 1 commerçant.

Ces mis en cause ont été reconnus coupables de six chefs d’inculpation, notamment dilapidation des deniers publics, abus de fonction, faux et usage de faux, fausse déclaration, participation dans la contrebande et non-dénonciation. Dans cette affaire, 25 personnes au total sont concernées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email