-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le wali donne un délai de six mois pour la réalisation d’un CET

Le wali donne un délai de six mois pour la réalisation d’un CET

Un centre d’enfouissement technique (CET) sera réalisé dans un délai de six mois dans la commune d’Akbou pour mettre fin aux contestations citoyennes récurrentes exprimées depuis de longs mois, au sujet des nuisances de la décharge de Biziou que les riverains ont mainte fois fermée. C’est ce qu’a conclut la réunion qui a regroupé, à ce sujet, le wali, le directeur de l’environnement, les maires d’Akbou et Amalou, etc., avant-hier.

Le wali a décidé d’autoriser les communes concernées à déposer leurs ordures ménagères dans cette décharge le temps de voir le CET construit, comme il a instruit le directeur de l’environnement et la commission des marchés de la wilaya avec l’appuis des APC d’Akbou et Amalou à sortir au plus vite sur le terrain, afin de chercher une assiette foncière adéquate pour implanter ce projet et en finir avec le conflit de la fermeture de cette décharge qui a presque provoqué une crise environnementale ces derniers jours dans la ville d’Akbou ou chaque coin de rue s’est transformé en dépotoirs d’ordures pour ne pas dire en décharge, car on y trouve des « collines » de déchets et ordures ménagères dans toute la ville et même dans les zones rurale. L’APC d’Akbou s’est, par ailleurs, « engagée », nous dira M. Arezki Iskounène qui est vice-président de l’APC « à débloquer une somme de 30 milliards de centimes sur son propre budget afin de régler, une fois pour toute, problème ».

Pour rappel, l’APC d’Akbou avait prévue un CET au lieu dit Gueldamen, près de l’Oued Soummam, mais des habitants des fermiers s’y ont, fermement, opposés. Et le projet de réalisation d’une déchèterie n’a pas abouti aussi, alors que la contestation au sujet de la décharge de Biziou qui se trouve sur le sol de la commune d’Akbou, précise-t-on, s’est accentuée ces dernières semaines avec sa fermeture. 

Une fermeture qui provoque également la colère des habitants d’Akbou. L’APC d’Akbou accusé par la voie de son adjoint au maire M. Iskounène, l’APC d’Amalou et un industriel de la région d’être derrières ces fermetures. Une action a été engagée auprès de la justice contre les mécontents et une autre pourrait l’être contre l’industriel, une fois le terrain de la décharge est délimité par un géomètre », a indiqué il y a quelques jours notre interlocuteur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email