-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le passeport biométrique à la traîne

Le passeport biométrique à la traîne

Au moins 20 000 passeports biométriques sont imprimés chaque jour par l’Hôtel de la monnaie de la Banque d’Algérie, l’officine chargée aussi de l’impression des documents officiels, afin de répondre aux demandes pressantes des daïras qui accusent des retards dans la délivrance de ce document. C’est ce qu’a indiqué au jeune Indépendant une source responsable auprès de la Banque d’Algérie.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a quant à lui annoncé hier que le délai de finalisation de l’opération de délivrance des passeports biométriques a été fixé au début de l’année 2015 au lieu du 31 décembre prochain comme prévu.

« Le délai sera repoussé au début de l’année 2015 en raison d’éventuelles pannes des appareils », a-t-il annoncé hier à Alger, en marge du lancement de l’opération de délivrance de l’acte de naissance « 12S » aux membres de la communauté algérienne à l’étranger en compagnie du ministre des Affaires étrangères.

Pressée par l’Agence internationale du transport aérien (IATA) qui a fixé pour l’Algérie la péremption des passeports classiques à novembre 2015, l’Algérie doit accélérer le processus de généralisation du passeport biométrique. La création du Centre national de biométrie au niveau de l’Hôtel de la monnaie, qui imprime quotidiennement entre 18 000 et 20 000 exemplaires de passeports, devrait accélérer cette opération et permettre ainsi aux 548 daïras au niveau national de répondre aux demandes des citoyens ayant déposé leurs dossiers.

Le ministre de l’Intérieur avait promis de réduire à cinq jours le délai de délivrance du passeport biométrique. Mais il s’agit surtout de respecter la convention de l’IATA sur l’aviation civile, qui stipule qu’aucune personne ne peut voyager dans le monde, à partir de novembre 2015, sans présenter un passeport biométrique. Du côté de l’administration, l’opération est toujours à la traîne. Les gens se plaignent de la mollesse des agents et des lourdeurs bureaucratiques malgré les nouveaux moyens technologiques qui devraient permettre une plus grande fluidité dans le traitement des dossiers.

Les citoyens ne peuvent pas entrer en possession de leur passeport avant un, voire deux à trois mois… alors que le ministre avait promis que la délivrance du passeport se ferait en l’espace d’une semaine, notamment avec l’allègement du dossier administratif et la suppression de l’enquête de police. Le jeune Sofiane, 32 ans, de Blida, a affirmé avoir attendu 52 jours exactement pour recevoir son passeport.

Mustapha, quant à lui, attend depuis deux mois de décrocher le fameux sésame. « J’ai déposé mon dossier pour le passeport biométrique depuis deux mois environ, mais quand je m’en enquiers auprès de ma daïra, la réponse est, soit que le retard n’est pas à notre niveau soit une pénurie de passeport », a-t-il dit.

Les daïras justifient cette lenteur par le manque flagrant de copies de passeports biométriques par rapport aux piles de demandes formulées quotidiennement par les citoyens notamment avant la fin de 2014, la date butoir annoncée auparavant pour passer de l’ancien au nouveau passeport. Certains agents de daïra invoquent la lenteur des services de sécurité qui mettent beaucoup de temps pour la délivrance des fiches de police, censés être annulées au même titre que des documents qui alourdissaient la procédure administrative liée au passeport.

Des cortèges de voitures appartenant aux daïras ne cessent de rejoindre le siège de l’Hôtel de la monnaie, à la rue des Fusillés, afin de procéder aux prélèvements de leurs quotas de passeports et également des cartes nationales qui devraient elles aussi être numérisées. En plus de sa vocation d’impression de billets de banque, l’Hôtel de la monnaie est aussi chargé de l’impression des cachets et des documents officiels.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email