-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie cible d’un «drug bombing» marocain

L’Algérie cible d’un «drug bombing» marocain

Durant les dix dernières années la quantité de drogue saisie par les forces de sécurité, a atteint des proportions inquiétantes tant elle ne représente que les tiers de la marchandise écoulée soit 700 tonnes seulement. Les experts tirent la sonnette d’alarme et parlent d’un « drug bombing » sans précédent de l’Algérie par les barons marocains du kif.

D’après les données de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) les quantités de résine de cannabis saisies en Algérie, ont atteint plus de 614 tonnes durant la dernière décennie.
En 2003, la quantité de la résine de cannabis marocain saisie était seulement de 8 tonnes, pour atteindre dix ans plus tard 211 tonnes soit une « hausse record estimée à plus de 2.500 % », a fait savoir hier Mohamed Benhalla, le directeur général par intérim de l’Office. Le responsable a souligné qu’à partir de 2004 que la quantité de cannabis saisie commence à augmenter pour franchir, pour la première fois, le plafond de 12 tonnes.

Depuis 2008, la quantité de drogue saisie, a connu une hausse vertigineuse soit plus de 38 tonnes pour dépasser en 2012 les 157 tonnes. Selon lui, les quantités saisies « ont augmenté de 20 fois depuis 2003, mais elles ne représentent que le 1/3 que font transiter les trafiquants vers d’autres pays ». M. Benhalla, a soutenu que « les saisies démontrent que l’Algérie est un pays de transit majeur qui est constamment harcelé par ce qu’il a qualifié de « durg bombing » (bombardement au cannabis) de la part des barons de la drogue au Maroc.

A ce propos, il a affirmé que l’Algérie « n’a jamais cessé, dans l’arène international notamment auprès de l’ONUDUC, de soulever le problème du trafic de drogue, faisant part de son inquiétude pour la santé des Algériens et l’évolution de la criminalité ». Le Maroc est l’un des plus grands pourvoyeurs de drogue et dont les barons bénéficient d’une complicité au plus haut niveau dans le monde. Selon le rapport de l’Office des Nations unies pour la drogue et le crime (ONUDUC).

Pour l’année 2014, le royaume alaouite consacre une superficie de 57 000 hectares pour la culture du cannabis loin devant l’Afghanistan qui consacre quant à lui 10 000 hectares pour la culture du pavot, une herbe destinée à la fabrication de la cocaïne. Plus de 800 000 personnes au Maroc vivent de la culture du cannabis dont les ventes annuelles sont estimées à 10 milliards de dollars, soit 10 % du PIB du pays selon les médias marocains.

Dans son rapport annuel, l’Observatoire européen de toxicomanie et de drogue souligne que le Maroc « a maintenu sa place en tant que principal pays producteur-exportateur de résine de cannabis vers les pays européens », sachant que le marché mondial de trafics des stupéfiants génère un revenu annuel de plus de 320 milliards de dollars, selon l’ONU.

« La résine de cannabis, la drogue la plus consommée en Afrique, représente un danger réel pour les pays de ce continent dont l’Algérie », a averti M. Benhalla. Il a indiqué que « tous les moyens humains, matériels et financiers sont mobilisés par l’Algérie dans le cadre de la politique de lutte contre ce fléau », en ajoutant que « cela pèse énormément sur le budget de l’Etat ».

En outre, le responsable a fait savoir que toutes les quantités de drogue saisies sont détruites dans le cadre de la loi sur la prévention et la répression de l’usage et du trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes. La police et la gendarmerie ne cessent de renforcer et moderniser leurs effectifs spécialisés dans la lutte contre le trafic des stupéfiants, par des campagnes de sensibilisation contre les dangers dévastateurs de ces drogues au niveau national.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email