Une première, le café enfin cultivé en Algérie – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Une première, le café enfin cultivé en Algérie

Une première, le café enfin cultivé en Algérie

Dans une première expérience du genre dans la wilaya de Chlef, des agriculteurs ont réussi à produire et à planter des caféiers, et ce dans la banlieue de la commune de Bouzeghaia. La récolte est prévue pour les prochains mois. Ceci représente une opportunité stratégique pour l’Algérie afin de réduire sa facture d’importation de café.

Selon les premiers constats de l’agriculteur Abdelouahab Fellouh, l’opération a été un succès puisque les caféiers se sont adaptés au climat local, en dépit du fait qu’il s’agisse d’arbres tropicaux généralement endémiques des régions d’Amérique du Nord et du Sud, d’Asie de l’Est et d’Afrique.

La première récolte du café « Arabica » algérien est attendue pour le mois de novembre prochain. Le premier échantillon de la cueillette sera analysé à la période indiquée en vue de constater sa conformité aux normes internationales, dans la perspective d’étendre cette culture à d’autres zones.

Toutes les conditions sont réunies quant à la réussite de cette culture en Algérie. Selon l’agriculteur, les conditions climatiques particulières, dont plus de 50 % de taux d’humidité et des températures variant entre 15 et 35 degrés Celsius, peuvent être assurées par les serres, expliquant que la culture du café requiert une formation spéciale ainsi qu’un accompagnement technique. L’intérêt pour la culture du café est déjà exprimé.

Les agriculteurs de la région affirment accorder un intérêt croissant à la culture du café, au même titre qu’un certain nombre de fruits tropicaux au regard de leur valeur nutritionnelle, mais surtout de la demande croissante dont ils font l’objet et de leurs prix élevés sur les marchés locaux et mondiaux.

Cette démarche est encouragée par la Chambre d’agriculture et la Direction des services agricoles (DSA) de Chlef, qui initie des journées d’étude et de formation sur ce type de filières stratégiques aux fins d’inciter les agriculteurs à investir ce domaine et à diversifier les productions agricoles.

L’intérêt de l’Algérie pour le développement de cette filière a surtout été exprimé par les autorités, notamment le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations. Tayeb Zitouni, qui a pris part aux travaux du deuxième sommet africain du café du G25 en Ouganda, la semaine passée. Il avait affirmé que l’Algérie ambitionne de créer un partenariat avec des entreprises ougandaises dans le secteur du café, et ce suite à la proposition du président ougandais, Yoweri Museveni.

Le ministre avait également révélé qu’une délégation d’hommes d’affaires se déplacerait en Ouganda pour tâter le terrain. « Les hommes d’affaires viendront ici en septembre pour examiner les possibilités de coopération », avait-il indiqué, ajoutant que l’Algérie consomme du café pour une valeur de 300 millions de dollars par an.

« Nous avons progressé dans l’importation de lait d’Ouganda et nous verrons également ce que nous pouvons faire avec la valeur ajoutée du café », avait-il souligné, précisant que l’Algérie est le deuxième plus grand consommateur de café sur le Continent africain après l’Ethiopie.

Il convient de noter que l’Ouganda, en tant que deuxième plus grand producteur et exportateur de café en Afrique, joue un rôle de premier plan dans cette industrie. Ses exportations de café ont atteint 862,28 millions de dollars au cours de l’exercice 2021-2022, consolidant ainsi son potentiel économique dans ce secteur.    

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email