-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Cour suprême accepte les pourvois

La Cour suprême accepte les pourvois

Les juges de la chambre criminelle de la Cour suprême ont répondu favorablement aux pourvois en cassation formulés par les avocats des 8 ressortissants africains condamnés à 20 ans de réclusion criminelle. Les mêmes magistrats ont jugé que les questions posées au cours des délibérations n’étaient pas spécifiées.

Les inculpés ont été reconnus coupables de tentative de transit de près de 6 kg de cocaïne via l’Algérie. Huit ressortissants africains de différentes nationalités, notamment nigérienne et sénégalaise dont une femme, ont été condamnés en été dernier à 20 ans de prison ferme.

En effet, le tribunal criminel d’Alger, que présidait Mme Derrar Djebbari Meriem, a répondu à l’unanimité par l’affirmation à toutes les questions posées, à l’instar de celles liées à la culpabilité des mis en cause quant à la possession et la tentative de faire transiter une importante quantité de drogue dure, du Brésil via l’Algérie en passant par l’Espagne.

Les huit inculpés qui se sont succédé à la barre ont reconnu, sans hésitation aucune, tous les faits qui leur ont été reprochés lors de l’enquête préliminaire et au cours de l’instruction judiciaire, en soulignant à la présidente en charge du dossier qu’ils ont été effectivement arrêtés par les éléments de la police des frontières de l’aéroport international Houari-Boumediene à leur descente du vol en provenance de la capitale brésilienne Sao Paolo en possession de capsules de cocaïne qu’ils ont dissimulées dans leur estomac.

L’un des incriminés, Ezego Zomma, a avoué avoir dissimulé pas moins de 89 capsules dans son estomac Quant à la femme sénégalaise, H. S., elle a reconnu avoir tenté de faire transiter cette matière dans le sac à main qui lui a été remis par à une amie à elle.
Elle a par contre nié être au courant que le sac à main était bourré de capsules de cocaïne estimées à plus de 62 comprimés.

De leur côté U. C. C. et M. B. O. ont reconnu avoir tenté de faire transiter au Niger, et ce via l’Algérie, des capsules de cocaïne contre des sommes faramineuses en dollars. 

Le procureur général, Fouad Garés, a requis la réclusion à vie à l’encontre de tous les inculpés, estimant que toutes les preuves sont formelles, notamment en ce qui concerne la possession par les inculpés dans leurs entrailles des capsules.

Il a par ailleurs affirmé que les inculpés avaient bel et bien l’intention de faire de l’Algérie un pays de transit de cette marchandise prohibée.

Les avocates de la défense qui se sont succédé aux plaidoiries ont axé leur intervention sur la situation désastreuse que vivaient les mis en cause dans leurs pays natals.

Elles ont en outre sollicité l’application des articles ayant trait aux circonstances atténuantes conformément aux articles 592 du code des procédures pénales et 53 du code pénal.Il convient de signaler que le même tribunal a prononcé des amendes de 5 millions de dinars et l’extradition des mis en cause vers leur pays d’origine notamment le Niger, le Sénégal et Singapour.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email