-- -- -- / -- -- --
Nationale

La CNLTD occupe le terrain et impose sa marque

La CNLTD occupe le terrain et impose sa marque

Les partis proches du pouvoir semblent complètement désorientés et démotivés et n’assurent leur présence que sur le plan médiatique. Ils peinent à mettre en exergue leurs motivations ou à défendre énergiquement le programme présidentiel, au contraire des partis réunis autour de la CNLTD qui occupent le terrain depuis plus d’une année.

Les partis proches du pouvoir n’existent que par leur propension à fustiger tout ce qui émane de la CNLTD au point que Bensalah, en l’absence d’Amar Saâdani, parti en France, se met en posture de gardien du temple. Bensalah s’en est violemment pris à l’opposition, notamment la CNLTD accusée « d’exploiter les revendications des populations du Sud et la conjoncture économique actuelle du pays ».

Dans la foulée, il a invité l’opposition « à faire preuve de retenue et de prudence dans ses déclarations et prises de position qui se démarquent des réalités politiques vécues ». Il a également mis en garde contre les dangers que représentent les incitations et les appels à manifester dans la rue car « ils sont susceptibles d’entraîner le désordre et de menacer la stabilité ».

L’Alliance présidentielle incarnée par Ouyahia, Soltani et Belkadem au début des années 2000 est toujours sur la scène. Ni Saâdani, ni Bensalah, ni Amar Ghoul ou encore Amara Benyounès n’arrivent à faire front contre les attaques répétées et ciblées de la part des partis de l’opposition.

Le FLN passe la main au RND

L’hégémonie politique du FLN et sa capacité à phagocyter ses adversaires ont contribué fortement à le maintenir au pouvoir durant plus 50 ans sans discontinuité : plus que dans le passé le FLN occupe une place encore plus importante car il coiffe presque la totalité des sièges au Parlement.

Confronté à diverses crises internes depuis l’avènement du multipartisme, le parti majoritaire peine à trouver ses marques depuis plus d’une décennie.
Depuis quelques semaines, le FLN est devenu pratiquement aphone.

Pour affronter la situation, le parti a toujours organisé une réplique pour contrer ses adversaires politiques. Après quelques motions de soutien du reste sans grand effet, le parti au pouvoir semble être retombé dans une certaine léthargie. Alors même que la menace se fait plus précise et qu’il est pris à partie par Louisa Hanoune, Amar Saâdani se complaît dans un silence étrange.

Le RND de Bensalah, qui a perdu de son éclat depuis le départ de Ouyahia, trouve d’énormes difficultés à prendre le relais du FLN. C’est ainsi que les partis de l’opposition ont occupé le terrain tant sur le plan politique que médiatique. On n’entend plus qu’eux. Et aussi Louisa Hanoune qui fait feu de tout bois. Les sorties de cette dernière ont rajouté une autre couche à la confusion générale.

La CNLTD tout feu tout flamme

La CNLTD, qui réunit la crème de l’opposition, se projette déjà dans l’après-Bouteflika. En effet, il est question pour cette instance de tenir prochainement un congrès à hui-clos dans le but de « cristalliser une démarche politique en vue de faire face à la situation dangereuse actuelle dans laquelle se trouve le pays, confronté à un comportement irresponsable du pouvoir en place ».

Le communiqué de l’ISCO fait également une évaluation de la situation politique en mettant en relief « l’entêtement, l’inconscience du pouvoir », sa « fuite en avant » et son refus de « l’option de transition démocratique, à travers un dialogue sérieux intégrant les acteurs de l’équation politique, pouvoir et opposition ».

Le but de ce dialogue, est-il expliqué dans ce communiqué, est de « bâtir une nouvelle légitimité institutionnelle dont le fondement serait la souveraineté populaire ». Le communiqué fait également mention de « cafouillage » et d’ »improvisation » du pouvoir et de son « incapacité à apporter des réponses adéquates aux problèmes posés par les citoyens ».

Ce qui représente, selon l’ISCO, « une menace sur la paix civile et sur la cohésion nationale ». Présente partout, là où le pouvoir est mis mal à l’aise, la CNLTD redouble d’intensité et met à nu les carences et les faiblesses des partis proches du pouvoir.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email