-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hocine Nacib : «La baisse du prix de pétrole n’affectera en rien nos projets»

Hocine Nacib  : «La baisse du prix de pétrole n’affectera en rien nos projets»

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Nacib a déclaré sans ambages, dimanche, à Tizi-Ouzou que la baisse du prix du pétrole sur le marché international n’affectera en rien les projets de son département ministériel. « Même l’augmentation du prix de l’eau ne figure pas à notre agenda », a-t-il précisé. Le ministre effectuait visite au chantier de barrage de Souk-Tleta, puis s’est rendu à Iflissen et Bouzguène.

Il a souligné qu’à l’heure actuelle le pays compte 72 barrages et qu’à la fin du prochain plan quinquennal, ce chiffre atteindra 84. Ce qui correspond en matière de volume à 8, 5 milliards de m3. Dans le cadre du plan de développement agricole, mis au point conjointement entre son département ministériel et celui de l’agriculture, il est retenu le principe d’une nouvelle superficie à irriguer de 1.000 ha, selon M. Necib.

« Il est nécessaire pour l’Algérie de développer notre agriculture pour réduire notre dépendance alimentaire », a-t-il déclaré. S’agissant du faible taux de pluviométrie connu par le pays jusqu’à présent, ce qui suppose la baisse du niveau des barrages, le ministre ne voit pas encore la nécessité de tirer la sonnette d’alarme. « Il est encore tôt de parler de sécheresse pour l’heure », a affirmé Hocine Nacib, qui ajoute aussitôt : « Le taux de remplissage de nos barrages est de 68 % à l’heure actuelle ».

Selon le détenteur du portefeuille du ministère des Ressources en eau, seuls les barrages de Aïn Zerada (Bordj Bou Arreridj) et de Souk-Ahras sont en difficulté. S’agissant de l’exploitation du Gaz de schiste, le ministre s’est montré aussi confiant ; contrairement aux écologistes qui crient, un partout à travers le monde, au danger. Hocine Nacib a commencé par expliquer que primo : les zones de forage retenues sont éloignées des habitations ; secundo : cette exploitation n’est pas dans l’immédiat et tertio : de nos jours, puisque les techniques d’exploitation sont très avancées, il n’y a aucun risque pour l’environnement.

Se voulant encore plus rassurant, le ministre a déclaré que lorsque les Américains ont commencé l’exploitation du Gaz de schiste, les particules relevées et considérées comme nocives étaient au nombre de 1 000 et aujourd’hui, avec le développement de la science, ils sont réduits au nombre de 12. « Et la science poursuit toujours son progrès », ajoute le ministre, soupçonneux de n’avoir convaincu personne quant à l’absence de danger dans l’exploitation de Gaz de schiste.

Hocine Nacib n’a pas pipé mot également sur le nombre de cancéreux américains dont le facteur responsable était le Gaz de schiste, et ce sans compter plusieurs centaines de milliers de bêtes mortes suite à la consommation de produits végétaux se trouvant dans les zones des puits de Gaz de schiste. Concernant la wilaya de Tizi-Ouzou, en matière d’eau, le ministre a souligné que non seulement le problème sera réglé sur le plan d’approvisionnement mais aussi en matière de gestion.

Sur ce dernier point, la nouveauté portera sur la diminution du programme de gestion de l’ADE de Tizi-Ouzou, puisque d’autres agences et d’autres structures seront créées pour faire la division du travail avec tout ce que cela implique comme missions.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email