-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève au Port d’Alger : Quatre capitaines de remorqueurs devant la justice

Grève au Port d’Alger : Quatre capitaines de remorqueurs devant la justice

Un groupe de capitaines de remorqueurs a observé une grève hier au port d’Alger pour revendiquer la destitution d’un délégué syndical. Contacté hier par le Jeune Indépendant, le responsable de la communication de l’EPAL a indiqué que « cette grève est illégale, car la destitution de leur délégué relève des prérogatives de l’union locale de l’UGTA ».

Le même responsable a ajouté que « la direction générale de l’entreprise portuaire d’Alger (EPAL) ne peut exercer aucun droit pour la destitution de ce délégué syndical. Les syndicalistes devraient s’adresser à l’UGTA dans le cadre de leurs revendications ».

S’agissant des mesures à prendre contre les auteurs de cette grève, le responsable de la communication a d’abord expliqué que « cette grève a provoqué le blocage de certaines activités, notamment les sorties et les entrées des navires ».

A titre d’exemple, ce lundi, huit navires sont bloqués au niveau des quais d’accostage et sept autres sont en rade et attendent d’accoster. Devant cette situation, la direction générale de l’EPAL a engagé hier une procédure judiciaire à l’effet de traduire les grévistes devant le référé.

Le responsable de la communication a confirmé cette information et précise que « les quatre grévistes ont été convoqués hier à 15h devant le tribunal de Sid-Mhamed ». 

Il faut dire par cette grève, ’’l’EPAL est prise en otage, ses quelque 3.000 travailleurs risquent de se trouver en arrêt de travail si les navires ne rentrent pas suite à la persistance de la grève ». 
Selon notre interlocuteur, « une deuxième action en justice a été également engagée contre les grévistes auprès du tribunal pénal pour grève illégale ».

Le responsable a précisé que « cette grève a donné lieu à la prise en otage de bateaux, un manque à gagner considérable, une paralysé des autres activités commerciales ainsi que l’atteinte à l’économie nationale ». De l’avis des spécialistes, des répercussions négatives peuvent être enregistrées dans les prochains jours, notamment la réaction des armateurs qui sont en droit d’exiger des dommages et intérêts suite au blocage de leurs navires.

Le trafic de marchandises au port d’Alger a enregistré une hausse de2 831 788 tonnes au 3e trimestre 2014, avec un chiffre d’affaires (+8%) de 2,045 milliards de dinars. Le bilan du troisième trimestre 2014 fait également état de l’entrée de 565 navires sur des prévisions de 550 navires, soit un taux de réalisation des objectifs de 98%.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email