-- -- -- / -- -- --
Nationale

Fraîcheur, calme, air vivifiant et vue panoramique

Fraîcheur, calme, air vivifiant et vue panoramique

Le Bois des arcades jouxtant le complexe de Ryadh El-Feth est un endroit idéal à Alger pour goûter un été plein de fraîcheur, être revivifié par un air sain imprégné de senteurs d’une forêt luxuriante de pins et s’émerveiller devant une vue imprenable de la baie d’Alger et la cité millénaire de La Casbah.

Pour fuir l’atmosphère lourd de la capitale en ce mois caniculaire, on n’a nul besoin de se rendre bien loin. Le Bois des arcades se trouve sur les hauteurs d’Alger, en bas du quartier Hamma et du jardin d’Essais.

On y accède par le téléphérique en quelques minutes. C’est un lieu qui semble avoir été délaissé par les familles algéroises, attirées par les nouveaux pôles de loisirs et de détente, à l’image des Sablettes, d’Ardis et du parc des Grands Vents de Dély Ibrahim.

C’est tant mieux pour les citoyens à la recherche de calme, de moments de solitude, loin du bruit et du vacarme de la foule. Le Bois des arcades offre une sérénité et une sensation d’évasion tout en restant tout proche de la ville. Ici, au Bois des arcades, le promeneur a renoue avec la nature : les arbres centenaires, le gazouillis des oiseaux et le chant des cigales.

Il est séduit par la douceur de ce microclimat ainsi que par l’intensité et la luminosité des couleurs, où dominent le vert sombre de la végétation et le bleu profond du ciel que l’on peut enfin voir mais aussi celui azuré de la mer, s’étendant à l’infini. Le Bois des arcades respire aussi l’histoire.

C’est l’un des seuls endroits de la capitale qui a conservé sa nature originale et chaque coin rappelle que des milliers de gens, par le passé, ont foulé ce sol resté encore intact car ils y sont venus pour admirer la beauté du site et de l’environnement.

Le Bois des arcades rappelle aussi qu’il y a six siècles, un grand penseur est passé par là. Il s’agit de Cervantès, que l’Espagne actuelle vénère.

Cervantès, une figure historique comptant parmi les grands hommes qu’a enfantés l’humanité, était prisonnier à Alger, et c’est dans le Bois des arcades qu’il a trouvé refuge, scrutant l’arrivée d’un bateau pour rejoindre son pays, et ce après cinq ans de captivité. La grotte où il a vécu existe toujours.

L’ambassade d’Espagne l’entretient aujourd’hui par égard à sa personnalité. Le Bois des arcades constitue ainsi un endroit pour la méditation, associant bien-être physique et pensée positive, harmonisant le matériel avec le mental.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email