Fin des épreuves du BEM : Les candidats optimistes  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Fin des épreuves du BEM : Les candidats optimistes 

Fin des épreuves du BEM : Les candidats optimistes 

Soulagés, les candidats à l’examen du brevet d’enseignement moyen (BEM) ont terminé ce mercredi le troisième et dernier jour des épreuves avec le français et les sciences naturelles. Le tamazight était également à l’ordre du jour dans certains centres. Place désormais à l’attente des résultats prévue le 25 juin prochain.

Un long soupir de soulagement est poussé par les candidats à l’examen du brevet d’enseignement moyen. ce mercredi, troisième et dernier jour des épreuves, les 800 061 candidats ont composé dans deux matières importantes et tant appréhendées, à savoir les sciences de la nature et de la vie et la langue française.

A la sortie du centre d’examen HarounErrachid, à la place du 1er-Mai à Alger, les candidats affichaient un grand soulagement avec la fin des épreuves. Optimisme et satisfaction se lisaient sur leurs visages. Les candidats rencontrés étaient, dans leur majorité, satisfaits des sujets de cette dernière journée, qu’ils ont jugés abordables.

« Les sujets étaient abordables et à la portée de tous, à condition d’être à jour et d’avoir révisé tout au long de l’année », a estimé Farah, qui s’est montrée optimiste quant au déroulement des épreuves. Même son de cloche chez sa camarade Ines qui paraissait, elle aussi, contente. « L’épreuve de mathématiques m’a assommée hier. J’ai eu du mal à faire face. Aujourd’hui, je suis contente. Je pourrais ainsi compenser ». Selon les propos des uns et des autres, cette session s’est déroulée dans de bonnes conditions.

Selon certains enseignants, « l’appréciation des élèves reste relative car elle dépend des capacités de chacun. Le bon candidat en maths dira que le sujet est abordable ; celui qui n’aime pas la matière et a des difficultés vous dira le contraire. Ce qui est sûr, c’est que les questions portent sur des cours prodigués en classe ». L’ambiance était plutôt joyeuse au sein des groupes de candidats.  Les deux examens de la matinée étaient abordables, ajoute-t-on. « Très faciles même », de l’avis de Naila et de sa copine qui n’ont aucun doute quant à décrocher l’examen.

Pour d’autres bien que les épreuves fussent à leur portée, ce dernier jour d’examen est synonyme d’une nouvelle angoisse. Celle de l’attente des résultats. « Elle sera difficile pour tous les candidats », a avoué Meriem. Pour Aymen, assis sur le bord d’un trottoir, « les épreuves de français et de sciences naturelles m’ont redonné espoir ». « Je suis presque nul en mathématiques même si j’assiste aux cours et essaie de m’y intéresser. C’est pour moi un monde inconnu », a-t-il avoué sans gêne. « Nous allons réussir, j’en suis sûr », s’est écrié son copain, debout devant lui, qui affichait une totale confiance.

Après un début des plus faciles et prometteurs au 1er jour (épreuves d’arabe, éducation islamique, civique et physique), les collégiens  ont été stressés au 2e jour par l’épreuve de maths jugée difficile, pour reprendre espoir avec celle des sciences de la nature, jugée également très facile.

Cela dit, les efforts fournis par les collégiens durant tout le cursus peuvent aider ceux qui n’ont pas réussi à arracher de bonnes notes. L’évaluation est basée sur deux formules : passage d’office pour les lauréats et ceux qui auront obtenu une moyenne de 10 par l’addition de la moyenne annuelle et celle du BEM divisée par deux. L’aventure est finie pour les candidats au BEM. C’est au tour des candidats au baccalauréat qui passeront à l’épreuve le 11 juin.

Le ministre de l’Education, faut-t-il le rappeler, a insisté lors de la conférence de presse organisée après avoir donné le coup d’envoi des épreuves du BEM à Tissemsilt, sur l’importance d’augmenter le nombre d’élèves dans les classes de mathématiques, considérant le cycle moyen comme décisif pour l’orientation des élèves une fois admis en classe supérieure.

En effet, le ministre a insisté sur l’urgence d’aller vers des spécialités scientifiques, à leur tête les mathématiques. « Nous avons donné des instructions pour encourager les élèves ayant de fortes compétences en cette matière. Dès la prochaine rentrée il y aura une augmentation du nombre d’élèves inscrits en cette filière et cela conformément à la feuille de route du gouvernement et aussi renforcer la coopération entre les différents secteurs, dont celui de l’enseignement supérieur qui s’est enrichi cette année d’écoles supérieures de mathématiques et d’intelligence artificielle », explique Belabed.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email