-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Donner une dimension économique aux travaux intellectuels»

«Donner une dimension économique aux travaux intellectuels»

Les jeunes diplômés et sans emploi qui désirent se lancer dans l’entreprenariat dans le secteur de la culture vont désormais bénéficier des aides de l’Etat.

Cette initiative rentre dans le cadre de la stratégie du gouvernement de lutter contre le chômage. En effet, les ministères du Travail et de la Culture ont pris la décision d’engager une « feuille de route » au profit des jeunes diplômés afin de leur donner la chance de créer leur propre entreprise, essentiellement dans le domaine de la culture. Les entreprises créées vont donner une dimension économique aux travaux intellectuels et contribueront au développement de l’économie nationale.

« Cet accord vise en premier lieu à subventionner les projets des jeunes diplômés et sans emploi, pour la création de leur PME par le biais de l’Ansej et de la Cnac », a fait savoir hier la ministre de la Culture Nadia Labidi, lors de la cérémonie de signature de l’accord au palais de la Culture Moufdi-Zakaria.

« Toutes les activités qui concernent la culture, à savoir le cinéma, le théâtre, le livre, et la liste est encore ouverte à d’autres activités culturelles, vont bénéficier de la subvention de l’Etat », a-t-elle ajouté. La ministre a en outre précisé que l’entreprenariat dans le secteur de la culture a d’étroites relations avec le développement économique du pays. Elle a expliqué qu’une fois créées, ces entreprises vont bénéficier d’un cahier des charges, ce qui va leurs permettre de s’intégrer facilement dans le secteur économique.

Mme Labidi a aussi révélé que son département prévoit dans les semaines à venir de signer un accord avec le ministère de la Formation, dans le but d’accompagner, à travers la formation, les jeunes entrepreneurs dans le processus de création de leur entreprise. « Sans formation et sans une main-d’œuvre qualifiée on ne peut pas relever le défi du développement », a indiqué le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Noureddine Bedoui.

Il a ajouté que la formation par l’apprentissage reste la meilleure façon de former une main-d’œuvre qualifiée, en annonçant l’ouverture de quatre établissements de formation continue pour former les jeunes dans le domaine culturel.
Par ailleurs, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a indiqué qu’il est impératif de donner aux travaux culturels une dimension économique, qui s’ajoute à la dimension intellectuelle.

« La formation, le travail et la modernisation, c’est la combinaison pour développer la culture algérienne et contribuer au développement économique du pays », a ajouté El Ghazi.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email