-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Détecter les premiers symptômes de l’hypothyroïdie chez les femmes

Détecter les premiers symptômes de l’hypothyroïdie chez les femmes

Même si c’est une maladie chronique, avec un traitement adapté, une alimentation saine et des exercices physiques peuvent permettre d’avoir une vie normale et sans complications. 

L’hypothyroïdie est un trouble congénital qui affecte fréquemment les femmes car elles ont tendance à développer plus de maladies auto-immunes dans leur vie, ce qui fera qu’elles sont plus vulnérables aux effets de cette pathologie.
Les visites fréquentes chez le docteur sont cruciales pour prévenir et traiter la maladie, tout comme empêcher son avancement.
Les symptômes comme le manque de concentration, la perte de la mémoire et l’épuisement sévère pourraient être liés au stress qu’on l’on ressent au travail ou au foyer mais en réalité, mais peuvent également indiquer que la glande thyroïde ne fonctionne pas.
Cette petite partie du corps est chargée de contrôler le métabolisme basal des personnes, la régulation des hormones, la répartition de l’énergie dans l’organisme et le fonctionnement de plusieurs organes.

Quand la maladie apparaît, on peut voir les différents symptômes, notamment la peau sèche et les cheveux aux pointes fourchues, les ongles fragiles, l’épuisement, les réflexes lents, peu de concentration et manque de mémoire à court terme, la dépression et changements de moral soudains, la prise de poids et la peau qui gonfle.
Le manque d’hormones thyroïdiennes fait que les femmes sont plus enclines à développer la maladie. Leur métabolisme est ralenti et leur système immunitaire se fragilise rapidement.
Au lieu de protéger le corps, les globules blancs attaquent la glande et cela fait qu’ils développent des micro-tumeurs qui, avec le temps, pourraient se transformer en cancer.

Les femmes qui sont enceintes doivent prendre des précautions car l’augmentation de la masse corporelle pourrait diminuer les hormones thyroïdiennes, qui sécrètent alors des quantités auxquelles la glande thyroïde n’est pas habituée.
Heureusement, il existe beaucoup de traitements qui pourraient contrôler l’avancée de ce trouble.

Il faut savoir que comme les manifestations de la maladie n’apparaissent pas en même temps et peuvent être variés, le diagnostic médical nécessite des tests médicaux.
Avant 21 ans, les femmes jeunes doivent consulter un spécialiste pour qu’il leur dise quels sont les traitements adaptées selon la symptômatologie. 

Il est probable que l’ingestion de contraceptifs et d’autres mécanismes pour éviter la grossesse affecte l’efficacité de ce médicament, et le docteur doit alors faire une dose individualisée de lévothyroxine ou un dérivé, que la patiente consommera à jeun toute sa vie. La consommation de médicaments est un peu délicate sur la personne présente des marques d’affections pulmonaires ou cardiaques. C’est pour cela qu’il est nécessaire de faire des contrôles réguliers, pour écarter de possibles altérations liées à ces maladies, ou si d’autres gênes apparaissent comme le mal être de l’estomac ou les maux de tête récurrents.

A cause de cette maladie, les insuffisances supra-rénales apparaissent et ne sont pas évidentes à chasser surtout si l’on prend des dérivés de thyroxine. C’est pour cela qu’on administre toujours des corticoïdes au début de chaque traitement. Une autre des complications les plus connues est l’hypothyroïdie hypophysaire, qui présente une dégénérescence de l’hypothalamus à des niveaux critiques.

Les spécialistes conseillent aux femmes affectées par ce trouble de suivre une un régime strict et sain, en plus de la consommation régulière de liquides pour l’hydratation du corps.
Les exercices jouent un rôle important pour l’oxygénation du sang, quelque chose qui apportera des bienfaits significatifs à la patiente qui souffre de cette maladie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email