-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Covid-19 à Jijel: le corps médical débordé et épuisé

Covid-19 à Jijel: le corps médical débordé et épuisé

Les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme après  l’apparition de nouveaux clusters inquiétants dans des régions qui ont connu il y a quelques mois une maîtrise plus ou moins rassurante de la situation. La wilaya de Jijel est l’un de ces nouveaux foyers avec 41 nouveaux cas Covid-19 en 24h, selon le bilan du comité scientifique chargé du suivi de la pandémie annoncé dimanche dernier.

Au-delà des chiffres, la situation épidémiologique n’est pas du tout rassurante dans les structures hospitalières de cette wilaya et risque même d’échapper à tout contrôle.

Selon les témoignages du personnel médical et paramédical, l’hôpital du centre-ville Mohamed Seddik-Ben Yahia connaît, depuis quelque temps, une saturation et plusieurs membres du staff soignant au service des urgences ont été contaminés et mis en quarantaine. Raison pour laquelle l’administration de l’hôpital a décidé de fermer momentanément deux services : les urgences et l’observation et mobiliser d’autres services et leur personnel, à l’instar de ceux de la médecine et de la chirurgie, a affirmé hier au Jeune Indépendant une source hospitalière.

Pour pallier ces  insuffisances, la Direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya a recouru à la mobilisation du personnel des autres  structures sanitaires qui est mis à disposition des deux principaux  hôpitaux de la wilaya, à savoir l’EPH Mohamed Seddik-Ben Yahia et l’EPH Madjdoub-Said Taher. Une autre mesure  a été adoptée à l’échelle locale pour lutter contre le virus mortel en pleine propagation,  à savoir la création d’un service Covid-19 dans les polycliniques, à l’image d’El-Alia au village Moussa.

Néanmoins, ce qui complique la prise en charge des cas contaminés au Covid-19 par le corps médical c’est un manque criant des moyens, qui enfonce davantage les structures hospitalières de la wilaya face à un rebond vertigineux de l’épidémie.

A la polyclinique El-Alia, le personnel est débordé après la récente décision d’y accueillir les cas de Covid-19. La gestion de la situation est une galère en l’absence de moyens nécessaires. « Nos équipes sont mobilisées de 8 h à 18 h en vue de recevoir les personnes infectées au Covid-19 ou encore les cas suspects. En plus des malades souffrant d’autres pathologies, nous sommes appelés à prendre en charge des patients qui présentent des symptômes de cette épidémie, qu’on ne distingue pas de la grippe saisonnière. Ils affluent, quotidiennement, en grand nombre. Nous sommes complètement débordés et épuisés. C’est l’anarchie totale dans la polyclinique», a indiqué au JI la même  source.

« Nous n’avons pas de moyens, même les plus rudimentaires, pour faire face à l’épidémie. Le personnel soignant travaille dans des conditions lamentables, sans camisoles ni visières et encore moins de produits désinfectants. Seules des bavettes nous ont été distribuées. Pour le reste, il nous appartient de prendre nos précautions par nos propres moyens », ajoute-t-elle.

Notre interlocuteur s’interroge également sur « l’utilité d’ouvrir un service Covid dans une polyclinique sans pour autant le doter d’équipements nécessaires. Il n’y a ni oxygène ni tests PCR. Le dépistage se fait par scanner. La plupart des cas reçus se font dépister chez le privé, mais ce n’est pas évident pour nombre de personnes », déplore-t-elle.

A propos du manque de moyens dans les hôpitaux et la marginalisation subie par la wilaya de Jijel, la députée indépendante Badra Ferkhi a exprimé sa consternation, s’interrogeant sur cet état de fait qui dure depuis des années.

« Nous avons signalé la situation et nous sous sommes plaints, en vain. Jijel connaît un rebond des cas de contamination et les hôpitaux subissent une pression et un manque de moyens. Jusqu’à quand cette wilaya restera-t-elle classée localité de second degré ? », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Par ailleurs, les services de la wilaya de Jijel ont  intensifié cette semaine les opérations de désinfection des espaces publics, d’autant qu’un relâchement quasi total est constaté chez les  citoyens.

Après une baisse remarquable du nombre de cas Covid-19 aux mois de juin et juillet passés,  Jijel a été soumise, à nouveau, à un confinement  partiel au début du mois en cours. Une décision qui intervient suite à une recrudescence inquiétante due, selon les observateurs, à l’ouverture des plages de cette ville touristique au mois d’août dernier et le non-respect des mesures barrière, notamment le port du masque et la distanciation physique, dans  les espaces commerciaux et publics ou encore lors des fêtes de mariage.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email