-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Comment se prémunir du cancer de la prostate ?

Comment se prémunir du cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate apparaît généralement vers l’âge de 60 ans et évolue très lentement. Son taux de mortalité n’est pas très élevé, certes, mais, il reste le cancer chez l’homme le plus fréquent. L’adénocarcinome est la forme la plus fréquente de cancer de la prostate.

C’est quoi la prostate ?

Seuls les hommes ont une prostate. La prostate  est une glande de la taille d’une noix qui fait partie de l’appareil reproducteur masculin. Elle est située sous la vessie et entoure l’urètre. Le rôle de la prostate est de produire le liquide prostatique, et de stocker le sperme avant l’éjaculation. Elle se contracte au moment de l’éjaculation permettant l’expulsion des spermatozoïdes. La prostate peut affecter le contrôle de l’urine, connu sous le nom d’incontinence. Cette glande a tendance à prendre du volume à l’approche de la quarantaine, et continue à grossir avec l’âge.

Les symptômes du cancer de la prostate

Au début de son évolution, le cancer de la prostate ne présente aucun symptôme. Lorsque des symptômes apparaissent, il est nécessaire de faire la différence entre un cancer de la prostate et une hypertrophie bénigne de la prostate (adénome) dont les symptômes sont identiques.

Les signes de cancer prostatique

  • Des difficultés pour uriner. Ce sont principalement des difficultés à commencer la miction, des difficultés à retenir l’urine, des envies fréquentes d’uriner, un faible débit urinaire, des sensations de pesanteur pelvienne au moment de la miction.
  • La présence de sang dans l’urine ou le sperme.
  • Des douleurs ou raideurs au niveau des lombaires, aux hanches ou en haut des cuisses.
  • Des infections urinaires à répétition, provoquant des brûlures urinaires.
  • Des difficultés sexuelles comme : des éjaculations douloureuses, ou des difficultés à obtenir ou maintenir une érection.

Causes

Il n’existe pas de cause définie au cancer de la prostate. Certains hommes de la même famille présentent un cancer de la prostate, mais aucun facteur génétique n’est à ce jour déterminé.

Personnes à risque

  • Les hommes âgés.
  • Les antécédents familiauxde cancer de la prostate (ceux qui ont un père ou un frère ayant eu un cancer de la prostate).
  • Les hommes qui ont un régime trop riche en graisses animales.
  • Le tabagisme: il n’est pas directement impliqué dans le cancer de la prostate, mais les fumeurs ont un taux de mortalité plus élevé.

Cependant, certains hommes présentant l’ensemble de ces facteurs de risque ne développeront jamais de cancer de la prostate…

Les mesures préventives de base

Une bonne hygiène de vie, notamment une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique, réduit les risques de développer un cancer, y compris un cancer de la prostate.

Il est donc nécessaire de suivre quelques règles simples pour rester en bonne santé comme :

  • Consommer de la vitamine D en s’exposant une moyenne un quart d’heure par jour au soleil, ou en prenant une supplémentation hivernale en vitamine D 0en cas de besoin tout en favorisant la consommation de poissons gras et huiles végétales riches en oméga-3 et la vitamine E ainsi que le foie de poulet.
  • Consommer du thé vert : le thé vert serait un aliment anticancéreux intéressant, en raison de sa forte teneur en substances antioxydantes.
  • Limiter sa consommation de viande rouge, de charcuterie et de fromages gras.
  • Limiter sa consommation de laitages : plusieurs études concluent que le lait favorise l’apparition des cancers de la prostate.
  • Consommer suffisamment de fruits et de légumes (légumes de la famille des crucifères comme le brocoli, chou et chou-fleur).
  • Consommer des céréales entières ainsi que du lycopène présent notamment dans les tomates, les produits dérivés de la tomate, les pamplemousses roses, la pastèque et les fruits colorés.
  • Consommer des produits à base de soja, du sélénium (présent dans l
  • es noix) et boire beaucoup d’eau

À noter aussi que le surpoids traduisant une mauvaise alimentation favorise aussi le cancer de la prostate.

D’une façon générale, il convient d’éviter tous les aliments trop sucrés, trop lactés, trop gras ou trop salés. Les boissons gazeuses, les desserts sucrés, les plats préparés et les aliments transformés, néfastes pour la santé, font partie aussi de ceux à éviter. Autant privilégier le modèle se caractérisant par une forte consommation de fruits, de légumes et de protéines végétales.

L’immunothérapie et la photothérapie dynamique, nouveaux traitements contre le cancer ?

  • L’immunothérapie se positionne comme une alternative à la chimiothérapie pour soigner les cancers. À la différence de la chimiothérapieanticancéreuse, l’immunothérapie anticancéreuse ne se base pas sur des substances chimiques pour éliminer les cellules devenues cancéreuses. Elle consiste à mobiliser le système immunitaire et à focaliser son action contre les cellules qui prolifèrent de façon anarchique. Elle agit principalement sur le système immunitaire du patient pour le rendre apte à attaquer les cellules cancéreuses.
  • La photothérapie dynamique consiste à appliquer une substance photosensible sur la peau en vue d’éliminer les cellules malades. Ce traitement fait appel à un médicament sensible à la lumière et à une source de lumière pour détruire les cellules anormales. La photothérapie dynamiquepeut être utilisée pour traiter certaines affections de la peau et des yeux, ainsi que certains types de cancer. Le médicament et la source de lumière sont inoffensifs. Toutefois lorsque le médicament est exposé à la lumière, il s’active et provoque une réaction qui endommage les cellules malades. Cela permet d’éviter un recours systématique à la chirurgie.

À noter aussi que les effets indésirables spécifiques à la prostatectomie (ablation de la prostate) les plus fréquents sont l’incontinence urinaire (fuites urinaires), socialement très handicapante, et les dysfonctionnements érectiles (troubles de l’érection).

Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP)

L’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou adénome de la prostate n’occasionne aucun symptôme pour la plupart des hommes de plus de 50 ans, mais les risques de voir se développer une HBP symptomatique augmentent avec l’âge.

Chez certains hommes, avec l’âge, la prostate devient trop volumineuse et gêne l’émission d’urine. Cette croissance excessive est appelée hypertrophie bénigne de la prostate, ou adénome prostatique. Les risques de souffrir de cette maladie augmentent en vieillissant. L’hypertrophie bénigne de la prostate ne dégénère jamais en cancer de la prostate et n’augmente pas le risque de développer un cancer de la prostate.

À noter qu’il est impossible d’empêcher l’adénome de la prostate de survenir. Néanmoins, on peut essayer de prévenir l’inconfort et les complications qu’il provoque comme :

  • En la libérant, ce qui pourrait limiter son développement, d’après une étude australienne a montré que la masturbation quotidienne limitait le développement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.
  • En urinant quand vous en avez envie.
  • En buvant modérément après 18h pour éviter de devoir vous lever la nuit.
  • En évitant certains aliments tels les plats épicés et salés, l’alcool, les boissons riches en caféine (café, thé, colas) et le chocolat aggravent les symptômes de l’HBP.
  • En faisant de l’exercice tout en évitant les sports qui bousculent la vessie (VTT, équitation, tennis, volley-ball, etc.).

Source : https://www.cancer.org/

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email