-- -- -- / -- -- --
Nationale

Cannabis: Les femmes les nouvelles passeusses

Cannabis: Les femmes les nouvelles passeusses

Un nouveau mode opératoire des réseaux de trafic de cannabis vient d’être dévoilé par les gendarmes d’Alger suite à plusieurs enquêtes ayant permis le démantèlement de plusieurs réseaux de drogue. Des femmes avec leurs bébés, après leur préalable recrutement au sein des réseaux de drogue, sont utilisées pour transporter du cannabis.
Les réseaux de trafic de drogue ont intensifié leurs activités durant l’année 2014.

La barre des 100 tonnes de kif traité a été franchie en l’espace de six mois seulement. Pis encore, les réseaux de drogue, qui agissent au niveau des frontières ainsi que dans les milieux urbains, ont adopté une nouvelle technique pour booster les ventes. En effet, selon des enquêtes de la Gendarmerie nationale, ces derniers recourent à des femmes, souvent âgées entre 20 et 40 ans, pour mener leurs « missions », délicates mais totalement discrètes, qui consistent en l’acheminement de quantités de drogue d’une wilaya à une autre.

A Maghnia, Bab El Assa, Aïn Témouchent, Oran, Mostaganem, Alger et bien d’autres villes du pays, plusieurs femmes ont été interceptées par les gendarmes. Elles portent souvent des ceintures de plusieurs kilos de drogue. Sur la route reliant Oran à Alger, deux femmes ont été appréhendées, en juillet 2013, avec une dizaine de kilos de kif traité autour de la taille. C’est ainsi que les réseaux mais aussi les convoyeuses ont pu bâtir une fortune considérable.

Des villas somptueuses dans l’Oranais et dans l’Algérois ainsi que des véhicules luxueux ont été achetés à partir de ce trafic. C’est le démantèlement d’un vaste réseau national de trafic de cannabis à Boumerdès, grâce auquel 11 trafiquants ont été interpellés, qui a permis aux gendarmes enquêteurs de découvrir le nouveau mode opératoire.

Ces convoyeuses, selon les investigations des gendarmes, se font accompagner de leurs enfants, et ce afin de tromper la vigilance des gendarmes. Elles portent des ceintures autour de la taille, mettent soit un hijab soit une robe longue avec un manteau durant l’hiver. La technique s’avère efficace du moment que ces femmes ont pu transporter des quantités importantes de drogue vers la destination finale, Boumerdès.
Ces dernières sont natives de Tissemsilt et d’Oran, alors que quelques-unes sont de Boumerdès et de Tlemcen. Les gendarmes ont dès lors renforcé les contrôles et les fouilles de véhicules venant des wilayas de l’Ouest, notamment les taxis interwilayas et certaines marques de voitures fréquemment utilisées par les trafiquants de drogue. Reste à savoir jusqu’où peuvent aller ces réseaux de trafic de drogue.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email