-- -- -- / -- -- --
Nationale

Benghebrit plaide pour un dialogue permanent avec les syndicats

Benghebrit plaide pour un dialogue permanent avec les syndicats

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a appelé hier à Alger, à la mise en place d’un canal permanent de dialogue avec les syndicats de l’éducation en vue d’amorcer les mouvements de contestation qui risquent de secouer la prochaine rentrée scolaire.

L’amélioration de la gestion au sein de l’établissement éducatif requiert la « généralisation du mode de gestion participative à tous les niveaux, en plus de l’adoption d’une politique de communication avec le partenaire social « , a indiqué Mme Benghebrit lors du séminaire de formation des directeurs de wilaya de l’éducation en prévision de la rentrée scolaire 2014/2015, soulignant que certains « nouveaux » syndicats « ne possèdent pas la moindre information sur ce qui se passe aux plans de l’éducation et de l’enseignement en Algérie ».

Les rencontres tenues avec les syndicats durant le mois d’août courant, ont démontré « le manque d’information » chez certains d’entre eux sur la réalité éducative en Algérie ce qui, a-t-elle dit, « exige de nous l’élaboration et l’application d’une politique de communication dans le secteur qui favorise la concertation et le dialogue permanents avec les partenaires sociaux ».

Elle a reconnu, à cette occasion, l’existence de « problèmes » de communication et de dialogue au sein du secteur de l’éducation, imputant cette situation à l’ »absence d’une gestion sérieuse et efficiente à tous les niveaux ». D’autre part, Mme Benghebrit a affirmé accorder une « importance particulière » à la question de communication et de concertation, estimant que la stabilité du secteur de l’éducation était un « facteur essentiel au succès de tout projet s’inscrivant dans le sillage de la réforme du système éducatif ».

Elle a précisé à ce propos que les conflits que connaît son secteur étaient « ordinaires et reflètent une dynamique au sein de la société », rappelant en revanche que le problème « réside principalement dans le mode de gestion de ces conflits par les différents acteurs ». La ministre de l’Education a fait part enfin de la « disposition du secteur à écouter les préoccupations et les problèmes que rencontre la famille éducative dans un cadre organisé », appelant les directeurs de wilaya de l’éducation à « renforcer les relations de concertation et de dialogue avec les différents partenaires du secteur en vue d’atteindre l’objectif fixé par les réformes ».

La prochaine rentrée scolaire risque d’être perturbée par des nouvelles grèves. Le dialogue entre la ministère de l’Education nationale et les syndicats jeudi dernier n’a pas été concluant. Les représentants de certains syndicats sont sortis presque bredouilles de leur rencontre avec Mme Benghebrit. Le dialogue entre les deux parties semble avoir échoué tant les revendications des syndicats n’ont pas été satisfaites. Pour les syndicats, les revendications professionnelles demeurent toujours non satisfaites. Tenue à quelques jours de la rentrée scolaire, cette dernière rencontre devait pourtant apporter des solutions aux affaires non encore résolues.

Selon le président du Snapest (Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique), Meziane Meriane, les « gros dossiers » restent en suspens, notamment celui des professeurs du lycée technique et les primes du Sud. Autre dossier important : la révision de la classification des professeurs d’enseignement secondaire (PES). « Nous refusons la classification des PES à la 13 comparativement à d’autres secteurs où le niveau bac + 5 est classé à la 14 ». Le syndicat exige la révision de cette classification. M. Meriane a affirmé que si les dossiers en suspens ne sont pas pris en charge, l’année scolaire 2014/2015 sera forcément marquée par une « instabilité» .

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email