-- -- -- / -- -- --
Nationale

Béjaïa : Le P/APC se désengage de la gestion des écoles primaires

Béjaïa : Le P/APC se désengage de la gestion des écoles primaires

Les membres de l’APC de Tinebder à leur tête le P/APC M. Braham Bennadji sont en colère. Sinon comment expliquer la décision de se désengager de la gestion des écoles primaires.

Le P/APC parle de « mépris affiché par la Direction de l’éducation par rapport au règlement d’un certain nombre de carences, la situation dramatique que vivent les écoles de la municipalité, la gestion des directeurs des écoles, et le boycott systématique des inspecteurs de l’éducation de la région des réunions du Conseil d’administration, etc. ».

Dans un communiqué qui nous a été transmis hier, le P/APC de Tinebder a dressé un tableau noir de la situation des écoles et des carences qui sont constatées pour justifier sa décision.  

« La situation dramatique que vivent les écoles primaires de la commune de Tinebder est dramatique, des diverses correspondances ont été adressées à qui de droit, les inspecteurs de la zone de Sidi-Aïch qui boycottent systématiquement les réunions du Conseil d’administration que convoque le P/APC qui est président de ce conseil.

Devant le mépris affiché par la direction de l’éducation à l’égard des représentants de la population et son refus total de prendre en charge les problèmes dans lesquels se débattent les établissements de la municipalité et suite aux réunions des comités des village tenues le 19 septembre et des parents d’élèves le 20 septembre, nous avons décidé, à partir de ce lundi 22 septembre 2014 de se désengager, totalement, de toute responsabilité envers les écoles primaires par le retrait de tout le personnel affecté par la commune et les moyens mis à leur disposition jusqu’à la résolution des problèmes urgents par la Direction de l’éducation », lit-on dans le communiqué.

Un document dont sont énumérés les problèmes restés en suspens. Les problèmes qui semblent irriter au plus haut point le P/APC et son exécutif, pour aller vers une telle décision. Parmi les problémes on y trouve « la non désignation d’un directeur pour l’école du village Chebirdhou, le manque d’enseignants depuis la rentrée, a revoir la carte scolaire de l’école Ikhlkidjen dont la moyenne de 40 élèves est réparti par classe en dépit de la disponibilité des salles de cours, la réouverture de deux médiathèques fermées, arbitrairement, par des directeurs en dépit de leur bon fonctionnement durant trois ans et la libération des locaux, illégalement, occupés, à l’intérieur de l’école de Chebirdhou ».
Le P/APC déplore, par ailleurs, le fait que beaucoup de directeurs de la wilaya ignorent les APC ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email