-- -- -- / -- -- --
Nationale

AH 5017 : Des experts de la police scientifique à Paris

AH 5017 : Des experts de la police scientifique à Paris

Après l’accord tripartite signé jeudi dernier par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et ses homologues français et malien, quatre experts algériens de la police scientifique et technique se sont rendus à Paris au Bureau d’instruction et d’analyse (BIA) de l’aviation civile française.

L’équipe d’experts algériens va entreprendre avec les équipes française et malienne, en collaboration avec les autres pays concernés par l’accident, les opérations techniques de laboratoire pour l’identification des victimes du crash de l’avion affrété par Air Algérie, a annoncé Abdelkader Kara Bouhadba, directeur de la police judiciaire. Il a précisé, lors d’une conférence de presse, que le déplacement de l’équipe algérienne à Paris intervient après la fin des investigations sur les lieux du crash samedi dernier.

«Cette opération s’inscrit dans le prolongement du travail réalisé sur le site du crash conjointement avec les experts internationaux dans le but de coordonner le travail scientifique de corrélation des données techniques recueillies «, a-t-il dit. «Parallèlement au travail que devront accomplir ces experts à Paris, neuf autres experts sont toujours au Mali «, a-t-il indiqué. Ces derniers poursuivront l’enquête en cours en collaboration avec les autorités maliennes,

Dans ce contexte, M. Bouhadba a fait savoir que le travail mené sur les lieux de l’accident a porté essentiellement sur «les recherches, la collecte et la codification des restes humains récupérés et de l’ensemble des indices et éléments d’identification des victimes de cette catastrophe «. Et d’ajouter que «toutes les démarches entreprises visent à l’identification des victimes dans les meilleurs délais possibles, tout en préservant la dignité des victimes et de leurs proches». Or le même responsable a tenu à préciser que l’identification de l’ensemble des victimes du vol AH-5017 «peut prendre des semaines, des mois et peut-être des années».
Ainsi, outre les montres, les cartes mémoire, les bijoux et autres effets personnels, plus de 1 200 restes humains ont été collectés dans la zone du crash, qui s’étale sur plus de 5 km. En réponse à une question sur le délai de l’annonce des résultats de l’enquête, M. Bouhadba a indiqué qu’»il est très difficile de fixer un délai, car l’enquête est à son début».

Il a ajouté que l’analyse des éléments liés au crash nécessite beaucoup de temps. Pour rappel, l’avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie pour assurer la liaison Ouagadougou-Alger s’est écrasé le 24 juillet dernier dans la ville de Gossi, à environ 150 km de Gao, 50 minutes après son décollage et a fait 116 morts.
La principale cause de l’accident n’est pas encore connue, mais la piste des mauvaises conditions météo se précise de plus en plus, selon les premières données décryptées des boîtes noires.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email