Zineddine Bouchaâla à l’Opéra d'Alger: Sonorité constantinoise au rendez-vous – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Zineddine Bouchaâla à l’Opéra d’Alger: Sonorité constantinoise au rendez-vous

Zineddine Bouchaâla à l’Opéra d’Alger:  Sonorité constantinoise au rendez-vous

L’Opéra d’Alger Boualem Bessaih a résonné au son envoûtant de Zineddine Bouchaâla lors d’une soirée sous le thème « Dakhla Ksentinia » (Entrée constantinoise), vendredi soir. Les familles algéroises ont investi la salle, transformant l’atmosphère en une véritable fête où la musique et les chants de l’artiste ont régné en maître.

Au cours de cette soirée consacrée à la musique malouf, Zineddine Bouchaâla a démontré son talent polyvalent en naviguant avec une aisance remarquable entre les nuances douces du malouf et les envolées lyriques des chants des Aïssaouas. Originaire de la ville des ponts suspendus, l’artiste et sa troupe, vêtus de tenues traditionnelles constantinoises, ont offert une performance magistrale digne d’un grand maître.

Leur interprétation de chants traditionnels a conquis le cœur d’un public nombreux et enthousiaste. Parmi les titres qu’il a interprétés pour le plus grand bonheur de ses fans figuraient « Bladi Ya Ksentina », « Aardouni Zoudj Sbaya » et « Allah Allah Allah », dans le genre m’dih.

Zineddine Bouchaâla a également su innover en introduisant des instruments de musique dans le style aïssaoui, une initiative audacieuse qui a enrichi la palette sonore de la soirée. Cette performance a permis à l’artiste de mettre en lumière la diversité culturelle et musicale de l’Algérie, suscitant l’admiration et l’émotion de son public.

Au cours de la soirée, le chanteur a brillamment mêlé la qacida El Faïchaouïa, une pièce chère au cheikh Bejdoub, à un style appelé Arrassi, offrant ainsi un savant mélange de traditions musicales qui a enchanté l’audience présente.

Dans cette ambiance conviviale, les spectateurs, majoritairement des familles, ont réagi avec enthousiasme aux prestations de l’artiste, exprimant leur joie par des youyous et des applaudissements chaleureux. Certains se sont même levés pour participer aux danses, prolongeant ainsi la magie de la soirée jusqu’aux heures tardives de la nuit.

Le public algérois aura l’occasion de découvrir d’autres artistes tout au long du mois sacré. Le 16 mars, un concert exceptionnel réunira la musique Andalouse et le Châabi à l’Opéra d’Alger, avec la participation de Manal Gherbi, accompagnée par le maître de la musique Chaabi, Abdelkader Chaou. Une fusion musicale prometteuse qui promet une soirée mémorable pour les amateurs de musique traditionnelle.

Les amateurs de malouf pourront également savourer un spectacle intitulé « Rouh Ennouffous », le 21 mars, présenté par Abbas Righi, surnommé le rossignol du rocher. En outre, le 26 mars, le chantre de la musique kabyle Lounès Aït Menguellet enchantera les passionnés de cette musique et de poésie avec son répertoire riche et varié.

Par ailleurs, l’Opéra d’Alger organise quotidiennement des concours pour permettre au public de gagner cinq billets pour assister aux soirées ramadhanesques. Cependant, il est important de noter que les enfants âgés de moins de cinq ans ne sont pas autorisés à entrer dans la salle, conformément aux règlements en vigueur.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email