-- -- -- / -- -- --
Nationale

Zerouati lève le voile sur le volume des investissements

Zerouati lève le voile sur le volume des investissements

Deux milliards de dollars, c’est le montant des investissements dans le secteur de l’environnement en Algérie durant les quinze dernières années. Cette somme a été révélée hier par la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati.

S’exprimant sur les ondes de la radio nationale, la ministre a indiqué que depuis les années 2000 le secteur a connu un boom d’investissement. « Pas moins de 1 200 projets ont été réalisés, ce qui a permis l’élimination de 30% des déséquilibres environnementaux », a-t-elle soutenu. Elle a en outre mis l’accent sur l’arsenal juridique, qui est venu renforcer cette démarche avec la promulgation de 13 lois relatives à la protection de l’environnement, ajoutées aux textes d’application décrétés dans ce sens. Ces derniers viennent peaufiner la loi suprême du pays, à savoir la Constitution, avec les articles 19 et 68 qui garantissent l’utilisation rationnelle des ressources naturelles ainsi que leur préservation au profit des générations futures, et le droit du citoyen à un environnement sain. Zerouati a d’ailleurs signalé l’augmentation du nombre d’espaces verts : « En 2014, nous avions 80 millions de m2 d’espaces verts ; en 2017 ces derniers ont quadruplé, atteignant 224 millions de m2, ce qui fait que la part individuelle est de 4m2 », a-t-elle expliqué, appelant au passage à la préservation de ces espaces. Mais il faut dire que malgré les efforts « colossaux » fournis, beaucoup reste à faire, car la nature est quotidiennement victime de « crimes écologiques », d’où peut-être l’impératif d’aller vers la mise en place d’amendes à chaque délit commis contre l’environnement. Beaucoup de voix s’élèvent pour justement passer à la répression, mais l’invitée du Forum de la radio préfère la sensibilisation et l’accompagnement du citoyen pour qu’il soit acteur dans cette économie verte. « Cet état de fait est le résultat d’une perte d’éducation environnementale » a-t-elle dit, tout en soulignant le bon travail de la police de l’environnement qui présente périodiquement des rapports suite aux multiples inspections effectuées.

La ministre de l’Environnement a profité de sa sortie médiatique pour lancer un appel aux jeunes d’aller investir davantage dans l’économie verte, en leur promettant des facilités comme le prêt vert, la BDL se disant prête à financer ce genre de projets. Elle a signalé l’augmentation du nombre d’acteurs dans l’environnement, faisant état de 46 nouvelles entreprises agréées en 2017 qui seront chargées de la collecte des déchets ménagers et spéciaux, alors qu’elles étaient 75 entre 2011 et 2017. S’agissant des énergies renouvelables, Zerouati estime que l’Algérie dispose de moyens pour réussir la transition énergétique, mettant en avant le nombre de chercheurs dans cette filière, mais aussi un centre dédié exclusivement à la recherche et au développement de ces énergies propres.

Pour ce qui est du premier Salon de l’environnement qui ouvre ses portes ce lundi et qui s’inscrit dans une conjoncture économique bien précise, celle de la diversification de l’économie alternative aux hydrocarbures, il est « une occasion pour créer une vision générale à long terme », a-t-elle précisé. Elle a poursuivi : « Nous allons annoncer aussi la stratégie nationale des énergies renouvelable d’ici 2030, et le Plan national de gestion intégrée des déchets d’ici 2035. » Ce Salon, rappelons-le, verra la participation de 90 micro-entreprises issues du secteur privé à 70%, en plus de deux associations à caractère environnemental. Selon la ministre, « la société civile constitue le meilleur moyen pour passer le message à la population, vu la proximité entre elle », faisant état de l’existence de 682 associations à caractère environnemental.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email