-- -- -- / -- -- --
Nationale

Zeghmati évoque des formations externes pour les détenus

Zeghmati évoque des formations externes pour les détenus

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati a fait savoir que les détenus vont bénéficier de formations externes afin de faciliter leur  intégration dans la société.

Lors d’une visite  jeudi à Oran où il a procédé à l’inauguration de plusieurs projets liés de son secteur, le premier responsable du secteur de la justice a indiqué que « les établissements pénitentiaires seront équipés de milieux et d’espaces ouverts, permettant une formation aux détenus pour leur meilleure intégration une fois libérés ».

Zeghmati a insisté aussi sur « la création désormais d’établissements d’incarcération qui répondent aux normes de détention ».  Lors de l’inspection du projet de  réalisation d’un nouveau établissement pénitentiaire de 1.000 places dans la localité de Misserghine, le ministre a souligné que “la stratégie adoptée jusqu’à présent pour la rééducation des détenus a montré ses limites”.

Il a déclaré que « son département va créer des ateliers extérieurs permettant aux détenus de bénéficier d’une formation professionnelle qui leur permettra de mieux s’intégrer dans la société ». A ce propos, M. Zeghmati a soutenu que “la rééducation et la réadaptation sont deux concepts qu’on ne peut dissocier”, et que le détenu “ne peut pas s’intégrer dans la société, s’il passe toute la durée de son incarcération dans un milieu fermé sans apprendre quelque chose d’utile”. “Cette réalité a incité le ministère à créer des ateliers externes dans des espaces ouverts, dont l’agriculture et le jardinage”, a-t-il dit.

Le ministre a relevé que les années dures, marquées par l’insécurité, avaient imposé l’adoption d’une rééducation en milieu fermé pour les détenus, et qu’aujourd’hui, alors que la situation est différente, il est possible d’adopter de meilleurs moyens pour mieux intégrer les détenus ».

Par ailleurs, et lors de l’inauguration du tribunal dans le quartier “El-Othmania”, le ministre a fait savoir qu’une réflexion a été engagée sur la manière d’alléger aux citoyens et aux instances judiciaires la procédure de délivrance du certificat de nationalité et de l’extrait du casier judiciaire, soulignant que bientôt seront déterminés les cas où l’administration publique peut demander ces deux documents. M.Zeghmati a ajouté qu’au moment où le pays a fait des avancées considérables dans la numérisation, de nombreuses administrations “exagèrent” en exigeant le certificat de nationalité et l’extrait du casier judiciaire dans des dossiers administratifs, même lorsque ces documents ont déjà été fournis pour

la délivrance du passeport et de la carte nationalité biométrique.
Au niveau du même tribunal, le ministre a donné de fermes directives aux agents et au greffe pour « le meilleur accueil et la prise en charge adéquate des sollicitations des citoyens et de leurs préoccupations ». Dans le même contexte, le ministre a souligné que : « Le tribunal est “un lieu public et au service du citoyen avant tout ».
M .Zeghmati  s’est ensuite rendu au siège du tribunal d’Oran, situé au centre-ville, puis au tribunal de Felaoucen (ex cité Djamel-Eddine) et a pris connaissance des conditions de travail dans ces deux structures judiciaires. Le ministre de la justice, Garde des sceaux a poursuivi sa visite dans la wilaya d’Oran par l’inspection, dans l’après-midi, des sièges de la Cour d’Oran et le tribunal d’Es-Sénia, où il s’est longuement entretenu avec la famille judiciaire, donnant des instructions aux procureurs et magistrats pour « la prise en charge de toutes les doléances des citoyens, qui se sont sentent lésés dans leur droit ».Le ministre a déclaré lors de cette visite que : « 32% des jugements sont rendus par défaut, suite aux difficultés que rencontrent les auxiliaires de la justice pour notifier les dates des procès à cause des adresses. Le département se penchera prochainement sur ce problème… ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email