-- -- -- / -- -- --
Nationale

La célébration de Yennayer s’est poursuivie au-delà du 12 janvier

La célébration de Yennayer s’est poursuivie au-delà du 12 janvier

Jamais depuis l’indépendance l’Algérie n’a célébré yennayer sur une dizaine de jours. Cette éclatante étincelle a redonné confiance et espoir dans l’avenir, dans ce contexte difficile de la crise sanitaire actuelle.

Cette année, les 48 wilayas ont célébré yennayer. Cela a commencé presque une semaine avant le 12 janvier pour Saïda , Ghardaïa , Alger, Oran et Béni Snouss, à l’extrême ouest du pays. Il ne manquait que les cortèges dans les rues pour vivifier ce yennayer 2021. Mais en dépit des mesures strictes préventives contre le coronavirus, les activités culturelles n’ont pas manqué.

Il fallait faire revivre les belles traditions, les valeurs et le savoir-vivre. Il fallait aussi faire apparaître les éléments de notre identité, nos racines et nos principes. Il fallait également exprimer les sentiments de solidarité, d’entraide envers les démunis, les nécessiteux et les personnes âgées. Il fallait enfin renforcer l’esprit de famille dans tous les foyers.

Yennayer été marqué par un nombre important d’expositions de produits du terroir. A titre d’exemple , la Safex a organisé jusqu’à ce 16 janvier une grandiose manifestation commerciale à l’occasion de yennayer. On y commercialise du miel, de l’huile d’olive, des fromages, de beaux tapis de nos régions, de la haute couture moderne et traditionnelle, sans oublier l’art culinaire.

La maison Lahlou y est présente avec son couscous traditionnel. Son gérant, Sid Ali Lahlou, emploie 800 femmes dans son entreprise pour préparer le couscous à la main. Ce gestionnaire de génie a réussi en l’an 2000 à faire enregistrer dans le guide Guiness le record du plus grand couscous du monde. Bien mieux, Sid Ali Lahlou a réussi à faire inscrire, l’année dernière, à l’Unesco le couscous comme patrimoine mondial.

Ses succès avec les hautes valeurs des éléments de notre identité mises à jour par yennayer nous apporte confiance dans notre personnalité et nous décomplexe en tant que tiers-mondistes, incapables d’avancer dans le développement. Notre esprit de créativité, d’innovation, notre quête du développement et du progrès, nous mettent à égalité avec les grandes nations du monde.

Ce yennayer 2971 a aussi était très positif avec l’institution de la première édition du concours de littérature et de civilisation amazighe, sous l’égide du président de la République. Le président Tebboune n’a pas manqué, à cette occasion, d’envoyer au peuple algérien les souhaits, à l’occasion de yennayer, de bien-être et de bénédiction.

Ce concours couronnant yennayer s’inscrit dans le passé, le présent et l’avenir. Le passé avec des recherches académiques sur les nobles supports de notre identité, le présent avec la promotion actuelle de la littérature amazighe et le futur avec les innovations dans le secteur technologique d’avant-garde qu’est le numérique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email