-- -- -- / -- -- --
Culture

Yasmina sort son vingtième album

Yasmina sort son vingtième album

Son premier album intitulé « Al quadhi (ô juge) » est sur le marché disquaire en 1989. Son vingtième, intitulé « Idjmeïtidit wuliw (mon cœur se remémore) », est sorti sur le marché ce mois d’août 2017.

Yasmina, connue pour sa voix mélodieuse et tendre, est prolifique. Une vingtaine d’albums, tous au succès artistique et commercial avéré en 18 ans, n’est certainement pas à la portée de tout le monde.

C’est à l’occasion de ce nouvel album que Yasmina, dont la vie privée et artistique est atypique, a animé mercredi dernier en milieu d’après-midi une conférence de presse dans l’espace intime du petit Théâtre de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou.

L’artiste, aujourd’hui âgée de 41 ans, a répondu du tac au tac aux questions des journalistes d’abord, du public ensuite. Avec son légendaire franc-parler, Yasmina a d’abord présenté son nouvel album avant d’aborder un certain nombre de sujets, tous en corrélation avec l’art et le monde artistique.

Selon la conférencière, l’album « Idjmeïtidit wuliw « est composé de I3 chansons. « J’ai mis plus d’un an à réaliser ce travail, lequel n’a pas du tout été facile « , a reconnu Yasmina. Les sujets traités ont trait à l’amour, l’espoir de l’homme, à la condition humaine, à la jeunesse, à la terre ancestrale, à la population carcérale.

Oui, Yasmina a chanté la condition difficile de la population carcérale. L’une des 33 chansons est composée aussi en faveur de la JSK. Yasmina, dont la ressemblance physique est frappante avec la défunte actrice américain Margaret Blye, a assuré que les vers de toutes ses chansons sont ses propres compositions.

Cette précision est venue pour mettre un terme à certaines spéculations selon lesquelles c’est un habile poète anonyme qui a composé un certain nombre de vers pour le compte de l’auteur d’ »Al Kadhi ». Est-ce le moment d’une retraite bien méritée pour Yasmina ?

« Je n’y pense même pas », a-t-elle répondu pour signifier que tant que l’inspiration et la force physique sont de son côté, elle continuera à composer et à chanter.
Des projets pour l’avenir proche ? Oui, une œuvre cinématographique sur la vie et l’œuvre artistique de Yasmina.

Le scénario, écrit par Youcef Amrane, est déjà tout prêt.
Il reste à trouver un metteur en scène pour ensuite exécuter les opérations nécessaires à l’œuvre cinématographique tels que le script, le repérage des lieux de tournage, etc. Bien sûr, le rôle de Yasmina encore enfant sera confié à une actrice présentant ce profil. Quant à Yasmina adulte, le choix sera fait au bon moment. Il n’est pas exclu que ce rôle soit joué par l’artiste elle-même.

Quant à la production, cela ne semble pas constituer un obstacle. Il est fort probable que c’est la propre maison de production de Yasmina, « taddart iw » qui l’assurera. La courtoisie, le langage raffiné de Yasmina ont créé une curiosité sans cesse grandissante, et ce aussi bien chez les journalistes que chez le nombreux public présent dans la salle.

Sa musique pour les films

A la question de savoir si Yasmina compte organiser une série de galas à travers les wilayas du pays, elle dira que si une invitation venait de la part de quelque organisateur, elle répondrait par l’affirmative.

D’ailleurs, un jeune étudiant, originaire de Laghouat, a voulu savoir si Yasmina accepterait de s’y produire. Elle lui a répondu que tout dépend des organisateurs de cette merveilleuse wilaya.
« Je ne serais que ravie de me produire à Laghouat. »

Est-ce que Yasmina donnerait son accord à quelque cinéaste pour insérer certaines de ses chansons dans la bande filmique ? « Naturellement ! Cependant, aucun cinéaste ne m’a fait une telle proposition jusqu’à maintenant « , a-t-elle déclaré.

Que pense Yasmina de ces « artistes « reprenant les œuvres des autres ? « L’idéal, dit-elle sans ambages, est que chaque artiste crée et chante ses propres œuvres. « « Toutefois, poursuit-elle, il faut au moins demander la permission au propriétaire de l’œuvre ou à ses ayants-droit de la reprendre. »

Quant à la sanction ayant frappé certains artistes, à savoir l’interdiction de la diffusion de leurs chansons à la radio et à la télévision, Yasmina considère que cela n’est pas la meilleure façon d’infliger une sanction.

Qu’en est-il de la chanson algérienne, kabyle notamment, sur la scène internationale ? « Je pense sincèrement, indique Yasmina, que la chanson algérienne gagne de plus en plus de terrain. Le chanteur Idir, pour ne citer que lui, a réussi à imposer la chanson algérienne sur la scène internationale. « 

Notons enfin que Yasmina, qui vit en France depuis de longues années, a avoué que la terre ancestrale lui manque beaucoup. Son village natal Zerrouda, dans la commune de Tirmitine, est toujours présent dans son cœur.

D’ailleurs, la plupart des images du clip enregistré et présenté à l’occasion de ce rendez-vous de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri montrent les paysages magnifiques de Zerrouda. Même l’humble bête de somme transportant des jerricans d’eau à partir de la fontaine du village est filmée par la caméra du technicien.

L’âne transportant des fagots de bois, des jerricans d’eau ou des sacs d’olives est un fait social et un décor propre à tous les villages de Kabylie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email