-- -- -- / -- -- --
Monde

Xi Jinping: “Les BRICS doivent s’opposer aux sanctions unilatérales”

Xi Jinping: “Les BRICS doivent s’opposer aux sanctions unilatérales”

Les membres des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) “doivent s’opposer ensemble aux sanctions unilatérales et renoncer à la confrontation entre les blocs” a déclaré ce jeudi dans son message vidéo au sommet des BRICS le président chinois Xi Jinping.

“Nous devons renoncer à la mentalité de la guerre froide et à la confrontation entre les blocs, s’opposer ensemble aux sanctions unilatérales et à leur utilisation abusive et […] aller au-delà de petits groupes hégémoniques”, a-t-il indiqué.

Le Président Xi Jinping a souligné que le présent sommet des BRICS se tenait à un moment crucial où on se posait la question sur l’avenir de la société humaine. Il a invité les pays des BRICS à faire preuve d’action avec un sens des responsabilités pour apporter une énergie positive, stable et constructive au monde.

Premièrement, nous devons faire entendre la voix de l’équité et de la justice, et amener la communauté internationale à porter le véritable multilatéralisme, à préserver le système international centré sur les Nations Unies et l’ordre international fondé sur le droit international, à rejeter la mentalité de la guerre froide et la confrontation des blocs, et à s’opposer aux sanctions unilatérales et à l’abus des sanctions, de manière que la « grande famille » de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité l’emporte sur le « petit cercle » de l’hégémonisme.

Deuxièmement, nous devons raffermir la conviction de vaincre la COVID-19, adopter une attitude responsable envers le peuple et la vie humaine, consolider les remparts de la prévention et du contrôle de l’épidémie, et renforcer la coopération internationale sur la riposte sanitaire pour protéger ensemble la vie et la santé de l’humanité.

Troisièmement, nous devons former une synergie en faveur de la reprise économique, renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, assurer la sécurité et la fluidité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, bâtir une économie mondiale ouverte, et prévenir et éliminer les risques et défis majeurs pesant sur le développement mondial en vue d’une croissance économique plus inclusive et plus résiliente.

Quatrièmement, nous devons promouvoir le développement durable, poursuivre l’idée de développement centré sur le peuple, investir davantage dans les domaines de la réduction de la pauvreté, de l’alimentation, de l’éducation, de la santé et autres, et promouvoir la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies en vue d’un développement mondial plus fort, plus vert et plus sain.

J’espère développer avec mes collègues des échanges approfondis et libres autour du thème « Bâtir un partenariat de haute qualité en vue d’une ère nouvelle du développement mondial » et contribuer ensemble par notre sagesse collective au développement de haute qualité de la coopération des BRICS.

Le dirigeant chinois a également appelé les BRICS à contribuer au principe de la multipolarité et à la protection du système international basé sur les Nations unies. Le 14e sommet des BRICS se tient en visioconférence. À son ordre du jour, il y a le sujet de la contribution au développement mondial, des discussions sur les problèmes économiques mondiaux et les questions du renforcement du rôle des pays en développement. Cette année, la Chine préside les BRICS .

La Chine a refusé d’appliquer les sanctions contre la Russie. Avec l’Inde, les deux pays représentent les plus grands partenaires commerciaux actuels de la Russie. L’Afrique du sud quant à elle, a, par la voix de son président Cyril Ramaphosa accusé l’OTAN dans l’escalade actuelle en Ukraine.

« La guerre aurait pu être évitée si l’OTAN avait tenu compte des avertissements de ses propres dirigeants et responsables au fil des ans selon lesquels son expansion vers l’est conduirait à une plus grande, et non moins, instabilité dans la région », a déclaré le président sud-africain face aux élus de son pays.

Quant au Brésil, il s’est opposé à toute exclusion de la Russie du G20. Nous avons vu l’émergence d’initiatives dans divers organismes internationaux visant à expulser la Russie de ces entités ou à suspendre sa participation. Le Brésil s’y est clairement opposé (…) conformément à notre position traditionnelle en faveur du multilatéralisme et du droit international » a affirmé le chef de la diplomatie brésilienne, Carlos França

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email