-- -- -- / -- -- --
Nationale

Warda est repassée par Constantine

Warda est repassée par Constantine


Une pléiade d’artistes venus des quatre coins du monde arabe a rehaussé lundi soir le rendez-vous organisé en hommage à la défunte Warda, partie il y a trois ans.


Dans une salle archicomble, une kyrielle de mémorables chansons de la diva a été interprétée par une douzaine de chanteurs. La soirée a été entamée par la chanson « min baïd » interprétée par Zakya Mohamed suivie par le Libyen Aymen El-Atar dans « lawla el-malama ». Avant que l’assistance ne soit agréablement subjuguée par des talents qui réussiront à assurer l’essentiel : capter l’intérêt, du début à la fin, d’un public entassé dans une salle qui s’est avérée trop exiguë pour le contenir. Venus de toutes les régions du pays, ils étaient, en effet, nombreux à avoir savouré un spectacle époustouflant.


Entamée vers 22 heures, la soirée se poursuivra jusqu’au petit matin. Entreront successivement sur scène la Jordanienne Diana Karazone dans « malit mina el ghorba », l’Irakien Reda Al-Abdellah qui a admirablement interprété la mémorable chansonnette « Akdhib alik », l’artiste du pays des Deux rivières se laissera tout de même aller en offrant au public un petit passage en hommage à tout le peuple algérien.


La Tunisisenne Rouaida Attiya dans « Ismaouni » , le Syrien Waik Djessar, la Marocaine Nadjet Attya, Houda saad feront de même et puiseront beaucoup de souffle pour reprendre quelques immortelles de la défunte, avant que ne monte sur scène l’Algérien Yousfi Tawfik qui sut reprendre merveilleusement une des chansons patriotiques de celle qui refusait de négocier son « algérianité », dixit Bentorki.


Le directeur de l’ONCI a même laissé entendre dans une récente déclaration à la radio locale que les coûts des droits d’auteur et du compositeur de la dernière chanson patriotique interprétée par la regrettée avait été pris en charge par la défunte en personne.


La soirée, animée par un orchestre algéro-libano-tunisien dirigé par le maestro libanais Bessam Baddour, sera clôturée par celui qui était l’un des artistes préférés de Warda. Saber Ribaiï offrira une chanson qu’il a personnellement composée en hommage à la défunte avant de présenter, à partir de 2 heures du matin au public un peu fatigué, un cocktail d’immortelles chansons de Warda décédée au Caire le 17 mai 2012.
 



Louisa Hanoune à la place de Labidi



Sabah Fakhri et Rabah Deriassa


 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email