-- -- -- / -- -- --
Nationale

Volkswagen suspend sa production en Algérie

Volkswagen suspend sa production en Algérie

Evoquant des raisons liées à la crise politique dans le pays, le constructeur automobile allemand a décidé de suspendre pour le moment sa production en Algérie. C’est ce que rapporte l’agence de presse allemande Deutschen Presse-Argenture (DPA). L’on s’interroge déjà sur le sort des employés de Sovac, le partenaire officiel du groupe en Algérie.

« En raison de la crise politique en Algérie, Volkswagen a pour le moment suspendu la production dans ce pays d’Afrique du Nord ». C’est ce qu’a déclaré le groupe automobile allemand Volkswagen à DPA, précisant que même « les livraisons au partenaire officiel du pays, Sovac, ont également été suspendues ». Cette décision est prise suite aux procédures judiciaires menées à l’encontre du président-directeur général de Sovac, représentant exclusif du groupe automobile allemand Volkswagen en Algérie, Mourad Oulmi. En effet, ce dernier est depuis le mois de juin en détention provisoire pour des faits de corruption et d’indus privilèges obtenus. Selon des témoignages soutenus lors du procès incriminant des personnalités politiques et des hommes d’affaires, notamment dans le dossier de construction automobile, « le patron de Sovac a obtenu l’acquisition d’autorisation pour l’exploitation de la marque Volkswagen en offrant une villa d’une valeur de plusieurs milliards à l’ancien ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb ».

Pour l’ancien patron de Hyundai Algérie, Omar Rebrab, qui a apporté son témoignage devant le tribunal de Sidi M’hamed : « Il n’y a pas du tout de montage de véhicules en Algérie, les voitures sont montées en Europe, à leur arrivée en Algérie, on démonte les pneus, les pare-chocs et quelques petites pièces qui sont remontés pour faire croire à l’existence de l’activité de montage ». « On ne fait pas du SKD, monsieur le juge, on fait du DKD », avait alors souligné Omar Rebrab. De plus, les activités de montage de véhicules ne sont en rien profitables à l’économie nationale, comme cela a été expliqué par des spécialistes.

Cette décision de suspension de la production décidée par Volkswagen, qui a comme partenaire en Algérie Sovac depuis dix ans, lequel depuis 2016 exploite une usine d’assemblage en Algérie dans une joint-venture, en dit beaucoup et doit interpeller les autorités du pays quant à l’amélioration du climat des affaires et d’œuvrer de manière à régler la crise politique, et par ricochet, la crise économique.

En effet, les autorités du pays doivent asseoir un climat des affaires favorable à l’investissement étranger, si nécessaire, notamment en ces temps de crise économique que traverse l’Algérie. Du moins faire en sorte d’instaurer la confiance indispensable et maintenir le partenaire étranger déjà installé en Algérie. C’est donc un des grands chantiers auquel doit s’attaquer le président de la République. Car il faut dire qu’en plus de l’urgence de résoudre la crise politique que traverse le pays, il doit relever le défi économique, sachant que l’économie du pays est en situation de crise profonde.

La fermeture de cette usine aura pour première conséquence le chômage de centaines de cadres, de techniciens et d’ouvriers qualifiés. Et la résorption du chômage qui risque de s’accentuer avec la menace de fermeture en cascade d’entreprises dans le secteur industriel doit également être une urgence.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email