Volailles: L'importation des intrants avicoles d'Espagne autorisée – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Volailles: L’importation des intrants avicoles d’Espagne autorisée

Volailles: L’importation des intrants avicoles d’Espagne autorisée

La flambée incontrôlée des prix de la viande blanche en Algérie ces derniers mois atteint des sommets inégalés, accentuant les préoccupations au sein de la population. C’est ainsi qu’à l’approche du mois du ramadhan, période où la demande en viande blanche s’accroît, l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) a annoncé l’autorisation d’importation des intrants avicoles depuis l’Espagne, et ce dans l’objectif de stabiliser le marché.

Face à cette situation préoccupante, l’ABEF, par la voix de son délégué général Rachid Belaïd, a émis une note aux directeurs des banques, annonçant l’autorisation exceptionnelle de l’importation des intrants avicoles depuis l’Espagne. Cette mesure, destinée à atténuer les pressions sur le marché de la volaille, est une initiative pour stabiliser les prix et garantir un approvisionnement adéquat.

L’importation concerne spécifiquement les poussins repro chair, les poussins repro ponte, ainsi que les œufs à couver, provenant du royaume d’Espagne, est-il indiqué dans la correspondance aux établissements bancaires.

L’ABEF invite ces institutions à instruire leurs services concernés afin de faciliter la domiciliation nécessaire pour l’importation des intrants avicoles. Cette action s’inscrit dans le cadre de l’appui aux filières agricoles et de la réponse aux défis économiques actuels, en particulier la flambée des prix des produits avicoles.

Les acteurs du secteur avicole ont accueilli favorablement cette décision, percevant une lueur d’espoir pour la stabilisation du marché de la viande blanche en Algérie. Tous espèrent que cette mesure soulagera efficacement les consommateurs avant le mois de ramadhan. C’est le cas d’Ali Benchaiba, président de la Fédération nationale des aviculteurs (FNA), qui a déclaré à la presse que cette initiative permettra la baisse des prix du poulet, surtout pour le mois de ramadhan.

Cependant, le même responsable met en garde contre les dangers de la surproduction. Bien qu’il reconnaisse l’importance des importations en tant que mesure temporaire pour réguler un marché troublé, il insiste sur l’impératif de ne pas compromettre la production locale. Il souligne donc la nécessité de mettre en place un dispositif de régulation fondé sur des données fiables, mettant l’accent sur l’équilibre entre l’offre et la demande afin de maintenir des prix abordables, tout en protégeant les intérêts des producteurs nationaux.

Pour rappel, au cours du mois de novembre dernier, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a initié une enquête suite à la hausse injustifiée des prix de la viande blanche en Algérie. Ce dernier a pris des mesures urgentes en collaboration avec l’ensemble des acteurs de la filière viandes blanches.

Les intervenants convoqués comprennent l’Office national des aliments de bétail (ONAB), la Société algérienne de régulation des produits agricoles (SARPA), la Société des entrepôts frigorifiques de la Méditerranée (Frigomedit), ainsi que des représentants de l’Association nationale des éleveurs de volaille (ANEV) relevant de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) et des éleveurs privés, en présence d’un représentant du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations.

Il a, en outre, été décidé de communiquer le prix de l’unité du poussin chair 1 jour à 120 DA l’unité. La vente reste libre avec le système de traçabilité des éleveurs et les coopératives d’élevage avicoles. Mais au cours des derniers mois, les prix du poussin chair ont atteint des sommets dépassant les 200 DA, marquant, à long terme, une tendance préoccupante.

Cette flambée des prix est attribuable à divers facteurs, notamment l’augmentation des coûts des aliments, qui exerce une pression significative sur les coûts de production pour les éleveurs avicoles. De plus, la production nationale est considérée comme insuffisante pour répondre à la demande croissante, contribuant ainsi à la hausse des prix, selon la Fédération nationale des aviculteurs.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email