-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vive riposte du RCD à ses adversaires

Vive riposte du RCD à ses adversaires

Le long silence gardé par la famille politique du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) suite à certaines démissions qu’elle a enregistrées, notamment celle du président d’APC de Tizi Ouzou, Ouhab Aït-Menguellet, n’a pas obéi à la logique de l’absence d’arguments ou du sentiment de culpabilité, comme l’auraient soupçonné certains observateurs.

Ce mutisme délibéré n’était en fait qu’un moyen de mûrir une bonne réflexion pour assurer une riposte à ses adversaires, notamment le P/APC de Tizi Ouzou.

Concernant celui-ci justement, les attaques qui l’ont ciblé ont été signées, hier lors d’une conférence de presse, par les élus APC RCD de Tizi Ouzou, lesquels ont joui de l’appui de Malek Hessas, cadre dirigeant du parti. C’est Malek Hessas qui a déclaré que si Ouhab Aït-Menguellet a démissionné du RCD, c’est parce qu’il n’avait pas été retenu sur la liste des candidats pour les législatives.

Cependant, en sus de Malek Hessas, principal animateur de ce face-à-face avec la presse, les autres conférenciers, en l’occurrence Hamid Bouzeggane, Salim Hammoutène, Farida Matoub et Mohamed Toulait, ne se sont pas montrés, eux aussi, indulgents à l’endroit du P/APC de Tizi Ouzou. Ils sont allés jusqu’à lui retirer la paternité des réussites de l’APC dans la gestion des affaires de la collectivité tizi-ouzienne tenant à souligner, avec ferveur, que tous les acquis sont l’œuvre « d’une équipe et non d’un seul homme ».

La prise en charge de la problématique des déchets ménagers, l’amélioration des services de l’état civil, le règlement définitif concernant le refus d’inscription des prénoms amazighs sur les registres d’état civil de naissance, la rénovation de huit annexes de l’APC, la réhabilitation des 48 écoles primaires de la commune, la réalisation de trois cantines, d’aires de jeux pour les enfants, le transport scolaire généralisé sont, entre autres, les réalisations de l’ensemble de l’équipe des élus RCD.

Ces élus ont également mis à profit cette conférence de presse pour réitérer leur fidélité et « leur attachement indéfectibles au RCD et réaffirmons notre disponibilité à servir, encore une fois, la population de notre commune si les militants de notre parti placent, une nouvelle fois, leur confiance en nous ». Salim Hammoutène est allé jusqu’à accuser Ouhab Aït-Menguellet d’avoir tenté de le renvoyer pour avoir refusé de démissionner du RCD.

A ce sujet, Malek Hessas a indiqué que le parti compte poursuivre en justice le président d’APC ainsi que l’administration de wilaya pour avoir cautionné la démarche d’Ouhab Aït-Menguellet.

A la question de savoir pourquoi avoir attendu deux mois après sa démission pour déclarer que Ouhab Aït-Menguellet n’était pas le responsable idéal et que sa mauvaise gestion ne date pas d’aujourd’hui mais plutôt dure depuis quatre années, Hamid Bouzzegane a répondu : « Nous avons gardé le silence sur cela pour éviter de mettre les citoyens de notre commune dans l’embarras. »

Pourtant, le bilan présenté par les conférenciers dans la déclaration préliminaire est jugé « bon », voire « excellent ». Pourquoi le mérite du président d’APC est-il donc jeté en pâture ? « Avec une autre personne à la tête de l’APC de Tizi Ouzou, le bilan aurait été nettement meilleur », a justifié Malek Hessas, qui a tenu à déclarer que les démissions des membres des sections communales de Tizi Ouzou et d’Iboudrarène ne sont en réalité qu’au nombre de deux puisqu’à Tizi Ouzou, « nous n’avons enregistré qu’une seule démission et la même chose à Iboudrarène ».

Malek Hessas a par ailleurs évoqué la pratique de la manipulation et de l’utilisation frauduleuse du cachet du parti pour faire passer les déclarations de démission reçues par toute la presse pour vraies alors qu’elles ne le sont pas la réalité.

« En revanche, poursuit ce cadre dirigeant du RCD, ce qui est vrai, ce sont les nombreuses adhésions de militants que nous enregistrons chaque jour dans de nombreuses communes de notre wilaya ». Et pour appuyer ses dires, Malek Hessas avance même des chiffres.
Ainsi, selon ses assertions, même des élus issus initialement d’autres partis politiques ont rejoint les couleurs du RCD.

A la question de savoir si la famille politique du RCD soupçonne une partie quelconque de travailler délibérément dans le sens contraire des intérêts du RCD, Malek Hessas a rétorqué : « Le RCD est ciblé de partout, mais en ce qui nous concerne, nous nous fixons sur nos objectifs essentiels, à commencer par la préparation des élections locales prochaines. »

Il convient de relever, encore une fois, que les attaques dirigées contre Ouhab Aït-Menguellet ont été nombreuses.
La dernière est celle ayant consisté à lui reprocher de n’avoir pas remis son mandat de P/APC en même temps que sa démission du parti. « Après tout, c’est sous les couleurs du RCD qu’il a été placé à la tête de la commune de Tizi Ouzous », conclut Malek Hessas.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email