-- -- -- / -- -- --
Nationale

Visite du chef d’état-major des armées françaises : La situation dans la région en point de mire

Visite du chef d’état-major des armées françaises : La situation dans la région en point de mire

Le chef d’état-major des armées françaises, le général d’armée Pierre de Villiers, entame aujourd’hui une visite officielle de trois jours en Algérie pour discuter de la coopération algéro-francaise en matière de lutte contre le terrorisme, avec en arrière-plan la situation en Libye.

De Villiers sera reçu au ministère de la Défense par le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, au ministère des Affaires étrangères par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, et se rendra en visite dans la 4e Région militaire, à Biskra.

« Ce voyage, qui intervient après celui du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian en mai dernier, sera l’occasion de poursuivre l’étroite concertation entre la France et l’Algérie sur toutes les questions régionales et la nécessité de lutter ensemble contre le danger commun que représente le terrorisme pour l’ensemble de la région », a indiqué un communiqué de l’ambassade de France à Alger. La visite s’inscrit aussi dans le cadre de la coopération de l’Algérie et de la France qui coordonnent leurs efforts de lutte contre le terrorisme au Mali depuis le déclenchement de la crise malienne en 2011.

Durant l’intervention militaire de l’armée française en 2012 baptisée alors « opération Serval », l’Algérie avait autorisé les avions de combat français à survoler l’espace aérien national afin de mener des opérations contre les groupes terroristes qui avaient pris le contrôle des villes du nord du Mali, dont Gao où sept diplomates et employés du consulat d’Algérie avaient été enlevés. En outre, cette visite intervient dans un contexte régional très tendu, puisque la situation en Libye, qui se dégrade de jour en jour, inquiète de plus en plus Paris.

La France, qui avait été l’un des principaux acteurs de l’intervention de l’Otan en Libye en 2011 ponctuée par l’assassinat du leader libyen Moammar Gueddafi, voudrait, selon les médias français, impliquer l’Algérie à travers une participation militaire pour éradiquer les groupes armés qui ont pris le contrôle du pays.

Ces groupes, qui ont mis à mal les intérêts français en Libye au profit des Américains, possèdent désormais une grande puissance de feu y compris des avions de combat. La France plaide pour des actions qui renforceraient le gouvernement libyen avec lequel Paris avait conclu de nombreux accords. Cette situation chaotique sera au centre des discutions avec les responsables algériens. Selon le ministre des Affaires étrangères, le chef d’état-major des armées français effectue une visite « ordinaire » qui n’a « aucun lien avec les développements survenus dans la région », assurant par ailleurs qu’aucune intervention militaire n’est prévue pour l’heure en Libye.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email