-- -- -- / -- -- --
Culture

Violon maghrébin sax occidental

Violon maghrébin sax occidental

La rencontre algéro-belge entre le saxophoniste Manuel Hermia et le violoniste Kheïreddine M’Kachiche, soutenus par la batterie de Nazim Ziad et le piano de Azzeddine Kendour, a donné lieu à une fusion prolifique dans la tradition jazz, dans le cadre du 17e Festival européen, dans la soirée de ce mardi 17 mai, à la salle Ibn Khaldoun d’Alger.

Tout au long du concert Le murmure de l’Orient, le dialogue entre les deux solistes : le violoniste Kheïreddine M’Kachiche et Manuel Hermia (saxophone et flûte) de Belgique-Wallonie Bruxelles, s’établit comme une performance scénique à la recherche de nouvelles mélodies, d’un nouveau genre inhérent au free jazz qui ne cesse d’explorer toute possibilité fusionnelle.

Voilà un échange concret entre deux cultures, ouvertes l’une à l’autre à la diversité et la découverte même de nouveaux horizons, de nouvelles sonorités dans un cadre expérimental.

En une heure de temps et quelques minutes, les deux parties restituent au public leur échange, livrent leur volonté de brasser des styles aux différentes origines. Le répertoire de ce concert d’exception repose sur des modes et des gammes maitrisés dans le Maghreb et mêlés aux diverses harmonies du jazz.

Le choix sera porté sur les pièces Kenza, Bahdja, The Cycle, Désert, Passerelles (bit ou siah, thème et improvisation) et Rencontre (aux gammes pentatoniques).

Elles seront exécutées dans des modes essentiellement andalous d’identité algérienne, à savoir hidjaz, zidane, nekriz, moual, raml el maya, sahli, sika et rasd. Sur des mesures composées émanant du terroir algérien, elles seront jouées avec rigueur et professionnalisme, non sans influences ternaires du jazz.

Ce quartet de musiciens algéro-belge s’alignera sur les rythmes des musiques chaouie, targui et d’autres du patrimoine national tout en offrant un nçraf (musique andalouse), du berouali et du zendali. Inédite, cette performance scénique est agréablement accueillie grâce aussi à Azzeddine Kendour (compositeur et arrangeur) au clavier, à la grande maîtrise de son instrument, assurant les parties basse, harmonisation et solos, et au batteur Nazim Ziad, percutant et ouvert à tous les genres musicaux. Nul doute que Le murmure de l’Orient sera l’un des concerts les plus attrayants de ce Festival européen en Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email