-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vibrant hommage à Rouiched et Fatiha Berber

Vibrant hommage  à Rouiched  et Fatiha Berber

En sus d’un public très nombreux était présente presque toute la crème algérienne du 7e art, avant-hier après-midi, dans la grande salle des spectacles du théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou.

Citons entres autres Bahia Rachedi, Abdelhamid Rabia, Sonia, Abdelkrim Lahbib, Nadia Talbi, Ouahiba Zekkal, Brahim Chergui, Ayada Kechoud, Zahir Bouzrar, Abdelaziz Kerda, Ahmed Kadri dit Krikèche, Doudja Achachi, Mohamed Kechoud, Sid-Ali Bensalem, Mustapha Ayad, H’mida Aït-El Hadj, Fatma Kermat et Kamel Bouakaz. 

Il était en effet question d’honorer la mémoire de deux grands artistes disparus, en l’occurrence Ahmed Ayad dit Rouiched, rappelé à Dieu il y a 16 ans, et Fatiha Berber, rappelée à Dieu il y a seulement 16 jours. Quelle plus belle façon de rendre hommage à un défunt, artiste de son vivant, que de présenter des anecdotes et un numéro humoristique au message philosophique. Ce dernier, un monologue, a été de l’apanage de Kamel Bouakaz.

Cet artiste, au visage prognathe, le dernier à monter sur scène, a réussi par son grand talent à faire rire le public après de longs passages de mélancolie en jouant le Dernier des candidats. En effet, les témoignages des compagnons des deux artistes ont été poignants. Abdelhamid Rabia, pour éviter de répéter ce qui a déjà été dit par les autres, a évoqué différemment ses deux compagnons disparus.

A propos de Fatiha Berber, Abdelhamid Rabia a rappelé sa participation en tant que combattante dans la guerre de libération nationale. Il a révélé que la défunte star de cinéma, dès 1959, s’est occupée, au nom du FLN, de la collecte d’argent et de médicaments avant de les distribuer aux familles nécessiteuses, et ce en dépit de l’étau inexorable resserré sur l’Algérois. Concernant Rouiched, Abdelhamid Rabia a retracé toute sa vie, privée et artistique, à travers un long poème lyrique.

Ces témoignages ont été appuyés par des projections vidéo comportant des extraits de films dans lesquels ont joué Rouiched et Fatiha Berber. Pour sa part, le directeur du théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou, Ould Ali El-Hadi, a affirmé dans son discours d’ouverture que Rouiched et Fatiha Berber, « les ténors de la culture et des arts, sont, pour nous, à jamais vivants dans les cœurs et dans les mémoires tant leur œuvre est monumentale ».

« Leur talent, leur sensibilité et leur engagement, poursuit le premier responsable du théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou, ont marqué en lettres d’or les annales du théâtre et du cinéma. Ils sont les représentants d’une génération qui a porté au firmament les arts et la culture algériens. A cet égard, aucun hommage ne suffit à raconter leur vie artistique, eux qui, sur les planches et à l’écran, ont su donner aux Algériens une identité et un vécu après qu’ils eurent contribué, toujours par l’action artistique, au combat libérateur contre le colonialisme ».

Ould Ali El-Hadi a été prolixe dans son discours et, par conséquent, celui-ci ne peut être intégralement reproduit ici. Il a déclaré enfin que les deux défunts artistes sont « une école pour des générations d’artistes et une source d’inspiration pour les jeunes d’aujourd’hui. Leur œuvre doit être perpétuée et montrée en exemple aux Algériens de demain.

C’est un héritage sublime dont nous tenons la responsabilité de vulgarisation et de perpétuation. C’est dans cet esprit que le théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou inscrit ces hommages. A travers eux, c’est à toute la famille des artistes du théâtre et du cinéma que nous exprimons notre reconnaissance et notre gratitude ». 

Dans ce même discours, Ould Ali El-Hadi a informé l’assistance, dont la famille artistique, que le théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou compte instaurer le prix Rouiched pour le théâtre tragicomique. Idem concernant Fatiha Berber. Le prix portera le nom de la défunte pour la meilleure interprétation féminine. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email