-- -- -- / -- -- --
Nationale

Vers une reprise partielle des activités commerciales

Vers une reprise partielle des activités commerciales


Parmi les décisions prises par le conseil des ministre tenu avant-hier , l’étude de la formule appropriée pour la levée progressive du confinement sur certaines activités commerciales.

Le ministère du Commerce s’attèle désormais sur la mise en place des dispositions nécessaires en vue d’aller vers une réouverture des commerces avec une proportion de 50% du volume des activités ordinaires. 
C’est ce qu’a indiqué ce lundi le directeur général du contrôle économique et de la répression de la fraude auprès du ministère du Commerce, Abderrahmane Benhazil, lors de son passage sur les ondes de la radio nationale, précisant que ces dispositions viseront à requinquer le cycle économique, particulièrement les secteurs de la grande distribution. Il est question également d’alléger le fardeau sur les commerçants ayant été directement impactés par l’instauration des mesures de confinement prises dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.
« le ministère du Commerce se penchera actuellement sur la réouverture des activités commerciales en vue de booster la consommation comme élément essentiel dans le fonctionnement économique. Cela permettra de relancer le cycle économique, principalement le secteur de la grande distribution. Mais, nous réitérons uns fois de plus le respect des mesures barrières par le citoyen, consommateur ou opérateur économique, qui reste primordial dans la lutte contre le coronavirus », affirme-t-il
L’objectif pour le département de Rezig, étant d’examiner la possibilité de la gestion des espaces commerciaux, à même d’atteindre la reprise d’activité jusqu’à 50% pour certaines activités à l’arrêt depuis plus de deux mois, explique l’invité de la rédaction de la chaine « 3 ».

Affichant leur préoccupation quant à la situation économique et sociale insoutenable de plus de 150 milles commerçants et artisans affectés par la crise sanitaire, les services du ministère du Commerce vont ainsi autoriser à , entre autres secteurs, restaurants, magasins de cosmétique et d’habillement de renouer avec « la vie normale ».

Cependant, les commerces concernés devront se doter, souligne-t-il, d’équipement de protection requis tel les paillassons et couloirs de désinfection, ainsi que le port de la bavette et des gants.

« en tant que service de contrôle et de la répression de la fraude, nous avons été regardant depuis le début de la crise sanitaire quant à l’exigence du respect des mesures préventives, car il va de la sécurité de la santé publique », renchérit-il . 
Concernant les infractions liées à la fraude alimentaire ou autre, il a recensé 510 000 interventions effectuées durant les quatre premiers mois de l’année en cours.
Elles ont abouti au décèlement de 41 000 infractions, dont la plupart relève du secteur alimentaire et des produits d’entretien corporel.
En matière de pratique commerciale, les service du contrôle ont pu déceler, durant la même période, un chiffre d’affaires des transactions illégales estimé à 24 milliards de dinars, avance-t-il dans le même ordre d’idée.
Evoquant l’utilisation des produits phytosanitaires dans certaines marchandises, le même responsable a expliqué que le contrôle s’effectue d’abord en amont de la chaine de production, puis au niveau des différentes phases de ladite chaine via des procédés visuel et analytique. « Au-delà de la vérification, nos agents de contrôle procéderont régulièrement à des prélèvements des produits destinés à la consommation pour s’assurer de leur qualité intrinsèque », s’est-il étalé.
Par ailleurs, M Benhazil a fait savoir que le ministère du Commerce se dirige vers la constitution d’un réseau national de laboratoires et la mise en place d’un service commun en coordination avec d’autres secteurs tel la santé et l’agriculture . « Nous nous penchons sur le dossier relatif au renforcement des capacités analytiques des laboratoires, qui vise à décloisonner le travail de contrôle entre les différents départements ministériels. Ainsi, nombre de ces structures seront impliqués dans les diverses opérations de vérification des produits », poursuit –t-il. l’objectif final , dit-il, reste la mise sur pied de l’Agence nationale de sécurité alimentaire en sus d’Agence nationale de la sécurité sanitaire , cheval de bataille du Gouvernement en ces moments de crise sanitaire. Cette Agence se chargera du contrôle des produits locaux et ceux importés
Au sujet des produits défectueux commercialisés sur le marché, l’intervenant a éludé la question en jetant la responsabilité sur les services qui s’occupent de l’installation des appareils en questions. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email